Hitchcock et Spielberg

Publié le par Yves-André Samère

Comparer deux réalisateurs de cinéma aussi différents qu’Alfred Hitchcock et Steven Spielberg ? Mais tu plaisantes, Yves-André ! Tant pis, lançons-nous, on verra bien...

D’abord, ils ont un point commun : François Truffaut. Hitchcock et Truffaut étaient devenus amis après la gigantesque interview, étalée sur plusieurs années, que le Français avait faite du Britannique, publiée en livre très illustré et qui a connu trois éditions (je les ai toutes). L’autre point commun étant qu’aucun des deux ne parlait la langue de l’autre, et qu’ils avaient eu recours à une interprète canadienne, Helen Scott (elle est ICI), Hitchcock ne parlant que l’allemand, et Truffaut, aucune langue étrangère. Or Truffaut avait aussi été l’interprète de Spielberg pour Rencontres du troisième type.

Mais enfin, les deux cinéastes avaient des conceptions très différentes sur la réalisation des films. Hitchcock n’improvisait jamais, et refusait que ses acteurs modifient quoi que ce soit au scénario et au dialogue. Il faut dire que les textes qu’il dictait à ses divers scénaristes étaient précis à la virgule près, au point que lui-même, considérant que l’essentiel était accompli une fois le scénario mis au point, il détestait faire ensuite la mise en scène, qui le barbait profondément. Or on sait que Spielberg est très accommodant, accueille toutes les suggestions de ses interprètes, et les inclut dans ses réalisations. Il faut le voir travailler, ses acteurs adorent tourner sous sa direction.

Ajoutons que Truffaut a beaucoup écrit, et que le public ignore généralement qu’Hitchcock a débuté en écrivant des articles et des nouvelles, dont j’ai publié la toute première, en forme de gag, Gas. (oui, avec un point dans le titre). Mais à cet stade, je m’éloigne du sujet. On va me taper sur les doigts, je le devine.

Ah oui, j’ai failli oublier : j’aime les deux, mais, à mon grand regret, je n’ai rencontré ni Hitchcock ni Spielberg. Cependant, j’ai rencontré Truffaut ! Et là, je vous ai bien eus.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :