Alex Jones, empereur du bobard

Publié le par Yves-André Samère

La pire ordure polluant cette planète n’est pas le dictateur chinois. Ce n’est pas Poutine, ni Erdogan. Ce n’est pas non plus le pantin de la Maison-Blanche, encore moins Le Pen et sa fille, ni le salaud qu’ont élu à leur tête les Brésiliens.

Non, le pire salaud de la planète s’appelle Alex Jones, et il règne sur un empire de propagande complotiste, infowars.com, qui utilise la crédulité des États-Uniens pour nier toutes les vérités pourtant évidentes qui font de nos existences une sorte d’enfer permanent. Il est naturellement le plus ferme soutien du fada de Washington, et nie depuis des décennies tout ce que nous savons des évènements terrifiants qui ravagent la Terre. Or, pour cela, il s’abrite derrière la loi des États-Unis, et tout particulièrement la plus formidable erreur commise par les auteurs de la Constitution de ce pays : le Free Speech. Autrement dit, la liberté de parole, qui empêche le Pouvoir politique de sanctionner la propagande mensongère des médias.

Quelques exemples : nier l’attentat du septembre 2001, et prétendre que le gouvernement du pays a organisé l’évènement. Enfoncer dans la tête des plus crédules que le massacre au cours duquel un tueur a flingué vingt-six enfants d’une école a été l’œuvre de comédiens, et que les parents des enfants – évidemment toujours vivants – avaient été payés par le gouvernement. Traîner Obama et sa femme dans la boue, en racontant qu’il était né en Afrique et que Michelle Obama était en réalité un homme. Et, last but not least, taper à coups redoublés sur Joe Biden, en vue de le discréditer dans la compétition actuelle pour laisser son adversaire gagner l’élection.

Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de me croire, mais vous pouvez encore télécharger l’émission diffusée hier soir sur France 5, La fabrique du mensonge. Vous ne perdrez pas votre temps, et détesterez sans doute davantage le gouvernement actuel des États-Unis et les empires d’Internet, qui, durant des décennies, n’ont pas réagi pour nettoyer leurs organes de diffusion.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Pfouh, ce documentaire est glaçant. Vraiment, en y réfléchissant, on se rend compte que l'enseignement est primordial, le doute, le raisonnement, l'information, la comparaison, la documentation, enfin tout ce qui peut fonder un jugement objectif. Et arrêter de tourner en rond dans des cercles de convaincus.
Hélas, les plus fragiles, les plus crédules sont la cible de ce genre d'individus.
Répondre
Y
À croire qu’aux États-Unis, tous les habitants sont dupes de ces escrocs. D’ailleurs, les reportages qui les montrent existent, et on en voit tous les jours à la télévision.