Discours pas futile du tout

Publié le par Yves-André Samère

Ce soir, exceptionnellement, j’ai écouté le discours télévisé de Macron, ce qui n’est certes pas dans mes habitudes, vous le savez peut-être. Et j’ai relevé un détail curieux, qui souligne ma futilité incurable, que vous connaissez aussi, si vous me faites l’honneur de me suivre.

La parole présidentielle était sous-titrée à la volée, au bas de l’écran, et corrigée en direct. Or j’ai relevé un détail curieux, lorsque le présiblique a casé dans ce flot de paroles l’une de ses expressions favorites : « chacune » et « chacun ».

Or, pour une fois, quelqu’un a osé censurer le discours présidentiel, et a fait sauter le mot « chacune » pour ne conserver que le « chacun ». Quelle audace ! Caligula aurait envoyé le coupable aux galères.

Par chance pour nous tous, Macron est un brave type, et il sait rester à sa place.

Euh...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Ce sont plutôt les féministes radicales, de celles qui préfèrent s'occuper de futilités que de voir les véritables problèmes, qui vont étrangler l'auteur des sous-titres qui bien sûr ne peut être qu'un homme.
Répondre
Y
Être précis dans son vocabulaire n’est pas le signe qu’on a réfléchi à ce qu’on dit. Ni qu’on a de l’humour.
D
Un ami, qui dicte ses messages sur son téléphone, m'avait envoyé un SMS dans lequel il me disait qu'il allait déposer Mathilde chez moi. En fait de Mathilde, c'était sa Jaguar Type E, autrement dit "ma type E". Depuis, la voiture s'appelle Mathilde. Si le robot de l’Élysée avait été aussi approximatif, on aurait eu des sous-titres plus amusants.
D
Vous remarquerez que ce mot est masculin : c'est un indice !
Y
C’était peut-être un robot !