L’islam « pacifique »

Publié le par Yves-André Samère

L’islam est une religion pacifique, nous répète-t-on souvent. Ouais...

Le prétendu prophète, Mohammed puisqu’il faut l’appeler par son nom (ce que personne ne fait, et merci La Fontaine !) avait commencé sa glorieuse carrière en s’alliant avec les Juifs qui peuplaient la région où il vivait. Mais ça n’a pas duré, puisque, en 627, il a ordonné leur massacre à Médine : après avoir pris le contrôle de la ville, il a fait disparaître trois tribus juives qui y habitaient. Les membres des deux premières tribus, les Qaynoqâ et les Banu Nadir, sauvèrent leurs vies en abandonnant leurs biens sous forme de rançon. Mohammed aurait souhaité les exterminer aussi, mais il ne disposait pas de suffisamment de troupes pour leur imposer sa « solution finale ». Quant à la troisième tribu, celles des Banu Qoryza, il y fit massacrer tous les hommes, puis les femmes et les enfants furent vendus comme esclaves.

Bien entendu, vous n’êtes pas obligés de me croire sur parole, mais vous pouvez vous documenter en lisant Les chrétientés d’Orient entre jihad et dhimmitude (disponible chez Amazon pour la modique somme de 15,97 euros), de l’historienne égyptienne Bat Yé’or (non, ce n’est pas la sœur de Batman) : elle y décrit les génocides de 1808 à Antioche, de 1285 au Caire, de 1312 en Perse, de 1366 à Bagdad.

En Afrique du Nord, le gouverneur s’appelait Musa Ibn Nusayr, et il envoya son général Tarik ibn Ziyad envahir l’Espagne. Ce général fit ensuite son rapport au calife Al-Wahid, et le chroniqueur Adb Al-Hakem indiqua que les massacres avaient atteint une telle ampleur qu’il ne s’agissait plus d’une conquête, mais d’une « fin du monde ». L’invasion de l’Espagne eut lieu entre 711 et 716, mais ce ne fut pas le seul pays envahi, puisque l’Égypte (8 millions de victimes), la Turquie (10 millions de victimes), le Proche-Orient (15 millions de victimes), et une partie de la Perse (5 millions de v ictimes) le furent aussi.

Au total, le nombre de victimes a été évalué entre 60 et 80 millions.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :