Leonardo Da Vinci

Publié le par Yves-André Samère

L’émission consacrée à Léonard de Vinci hier soir sur France était exceptionnellement longue, deux heures un quart, et a semblé faire le tour de la question. Peut-être aurait-on pu éviter les banalités, comme de rappeler cette légende absurde de l’illustre peintre mourant dans les bras de François Ier, qui n’était pas présent lors de l’évènement, et ne pas négliger deux points de sa biographie, laissés de côté, ce à quoi je m’attendais dès le début, puisque cet oubli est systématique quand on aborde le sujet. À savoir, son amour exclusif pour les garçons, et son activité littéraire.

Leonardo était homosexuel, alors que l’homosexualité était prohibée là où il vivait et à son époque. Bien sûr, les preuves manquent, mais il y a une présomption très forte, en ceci qu’il dessinait beaucoup et a rempli d’innomnbrables carnets de dessin, sur lesquels figurent des dizaines, voire des centaines de croquis de nus masculins, et seulement deux représentant un sexe féminin. Or, les deux fois, le dessinateur s’est trompé, laissant la preuve qu’il n’en avait jamais vu ! Passons.

L’autre détail concerne son activité littéraire. Certes, je ne prétends pas qu’elle a été abondante, ni qu’il a laissé des romans et des pièces de théâtre, même s’il a été plusieurs fois metteur en scène et décorateur. Mais enfin, les traces de cette activité existent, et un livre a été publié, disponible chez Amazon pour huit euros, et que j’ai dans ma bibliothèque. Il s’intitule Maximes, fables et devinettes, et il a été publié chez Arléa en juin 2001. De son vivant, il n’a d’ailleurs rien publié. Dommage, car il a été un précurseur en écologie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Pardon !
Pardon !
je ne peux pas m'en empêcher !
C'est en sciant que Léonard deVinci .
Répondre
Y
Ce qui mérite un Oscar.