Ne mordez pas aux hameçons !

Publié le par Yves-André Samère

Le site de Numérama publie aujourd’hui un article dénonçant un faux message électronique imitant un autre article qui émanerait de Netflix, destiné à vous soutirer vos coordonnées confidentielles, et donc de l’argent. Ce qu’on appelle le phishing.

L’article de Numérama est écrit soigneusement, et décrit en quoi on peut reconnaître la fausseté de ce message, qui, évidemment, n’émane PAS de Netflix. Il décortique en particulier les erreurs permettant de le classer parmi les faux, notamment les fautes d’orthographe ou de grammaire, peu nombreuses (il en détaille seulement deux). C’est ainsi que, deux ans avant ce jour, j’ai reçu un message qui semblait m’avoir été envoyé par le plus ancien de mes amis d’enfance, et qui me priait de lui envoyer une somme assez considérable, car il se disait en grande difficulté, supplique à laquelle j’ai cru, et j’avais mordu à l’hameçon. Le hic, c’est que l’adresse de l’expéditeur ressemblait furieusement à la véritable adresse de mon ami, à une exception près : elle comprenait un point qui n’aurait pas dû s’y trouver. Bien entendu, ce point, dans les deux sens du mot, m’avait échappé.

Hélas, l’article dénonciateur (à juste titre) de Numérama comprenait lui aussi une faute d’orthographe, que la moitié de ses lecteurs n’a probablement pas remarquée, dans la phrase de conclusion : « La grande majorité des banques ont une ligne téléphonique dédiée, appelez- ». Vous avez remarqué le tout dernier mot ? Il comporte un accent grave qui n’avait rien à faire dans une phrase correcte !

Et donc, même le dénonciateur s’est piégé ! Retour du boomerang.

De mon côté, je reçois chaque jour une kyrielle de messages semblant m’avoir été envoyés par Darty ou par la Poste, et qui usent du même truc grossier. Tous m’annoncent que j’ai gagné un smartphone (j’adore les smartphones, surtout ceux fabriqués par Apple, comme vous le savez probablement), et prennent le chemin de la poubelle, sans autre forme de procès. Réfléchissez, avant de cliquer sur ces offres si bien intentionnées.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Le terme anglo-saxon indiqué par des sites de traduction en ligne (Reverso, Google, DeepL, …) est "phishing" et non "phising". Je ne sais pas si c'est un néologisme et le Harrap’s shorter de 1977 que j’aime à consulter parfois en complément d'Internet ne le cite pas, ni mon épais et plus ancien Harrap's standard de 1948. En tout cas, en effet
" Nous ne sommes pas des poissons,
Ne mordons pas à l’hameçon ! "
Répondre
Y
En effet, fishing et phishing sont très semblables, tant par leur sonorité que par leur sens (pêcher). Mais ceux qui l’utilisent n’en sont sans doute pas conscients.
D
Le terme phishing semble bien être un néologisme, le dictionnaire étymologique anglophone en ligne en signale l'apparition en 1995 et ce serait une altération de fishing (fait de pêcher), voir l'explication complète sur https://www.etymonline.com/search?q=phishing
Y
Dans le doute, je vais opter pour "phishing", qui sonne mieux, à mon avis. Naturellement, je corrige mon texte.
F
il faut abattre le phising / ameçonnage à grands coups de H !
Répondre
D
Oh oui, de toute façon, comment croire à toutes ces promotions, si ce n'est gratuités ? C'est bien sûr, et les fautes d'orthographe aident, poubelle. Et pus, même si je manque une promotion quelconque... quelle importance ? Je ne crois pas depuis longtemps aux miracles.
Répondre
K
Pour rire un peu , 10 minutes à perdre .
https://youtu.be/tMwJ2IqBFJs
Répondre
Y
C’est plutôt triste, à mon avis. Les types qui font ça ont leur place en prison.