Langage dégradé

Publié le par Yves-André Samère

Nous le constatons tous les jours, si nous ne sommes pas sourds : le vocabulaire courant s’est atrophié. Autrement dit, on a supprimé du langage courant des quantités de mots usuels, que chacun comprenait – mais il faut parler au passé.

Avez-vous remarqué l’incroyable envahissement de la langue par des termes très basiques, qui semblent issus de la bouche de jeunes enfants n’ayant pas encore appris à parler ? Ainsi, on ne dit plus du tout que tel évènement est étonnant, ou formidable, ou extraordinaire, ou fabuleux, ou incroyable, ou merveilleux, ou miraculeux, ou sensationnel, voire surnaturel si nous avons de la religion. Non, de nos jours, tout est soit super, soit génial.

Autant de termes radicalement impropres, comme le premier, qui n’a pas été créé pour être autre chose qu’un préfixe, ou comme le second, qui est très loin de pouvoir s’appliquer à n’importe quoi : Beethoven ou Leonardo da Vinci étaient géniaux, et tout deux seraient stupéfaits d’entendre qu’ils sont désormais comparables à un cheeseburger, c’est-à-dire de la nourriture immangeable.

Chers lecteurs, surveillez-vous afin de ne pas tomber aussi bas ! Et n’imitez pas votre progéniture, à laquelle vous ferez bien d’apprendre à parler sa langue maternelle. Qui sait, elle leur servira peut-être.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Votre vocabulaire a un grave manque : la prose incroyable de la plus grande artiste de tous les temps. Cette géniale parolière, que le monde, que dis-je, l'univers connu, nous envie, j'ai nommé la super Aya Nakamura. Ses chansons et leurs textes (super méga-géniaux) resteront un des grands mystères et un défi à l'intelligence du genre humain. Le manuscrit de Voynich peut aller se rhabiller !
Répondre
Y
Je dois être allergique aux "plus grands artistes de tous les temps". Et comme je ne connais absolument pas Aya Nakamura (à ma grande confusion), il s’ensuit que je suis et resterai impardonnable.
G
Sans compter l'affaire Boulin. Mais là ...........chut !!!
Répondre
Y
On n’a jamais résolu la question : assassinat ou suicide ? La famille Boulin penche pour l’assassinat, mais les preuves manquent, et le doute l’emporte.