Démocratisation de la drogue

Publié le par Yves-André Samère

Hier, dans l’émission Quotidien, le chroniqueur Azzeddine Ahmed-Chaouch a fait un reportage sur les « bars à chicha » : la chicha, c’est une drogue, mise à la mode en France et ailleurs par l’effet du tourisme dans les pays exotiques. Il a donc précisé : « Vous saurez ce que c’est si vous avez voyagé en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient ». Et la chicha, ce n'est pas si évident, c'est aussi le dispositif permettant de la fumer, une sorte de pipe géante, que partout ailleurs on nomme narguilé.

Mais pas besoin d’aller si loin, cher Azzeddine, il suffit de passer dans mon quartier, au centre de Paris. Dans ma propre rue, sur une bonne centaine de mètres, ce genre d’établissement a envahi les trottoirs, puisque consommer à l’intérieur a été interdit par le gouvernement, on ne sait pour quelle raison bizarre. Et la drogue elle-même est vendue à cinquante mètres de chez moi, dans la boutique Hook Smok, rue du Cygne (il en existe d’autres à Paris).

Conséquence à laquelle il fallait s’attendre, les piétons doivent slalomer sur la chaussée s’ils veulent se déplacer. Mais peu importe, la drogue a été francisée on ne peut plus officiellement.

Ce gouvernement fait des pas de géants.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :