Détester la neige

Publié le par Yves-André Samère

Je suis toujours stupéfait de voir et d’entendre des gens qui s’extasient sur la vue d’un paysage neigeux. Jamais je n’aimerai la neige et la fausse poésie qu’elle trimballe. Pour tout dire, le froid me gèle ! Et d’être né dans une grande ville où l’on mourait de chaud l’été et de froid l’hiver ne m’a pas aidé.

Il faut dire qu’entre ma naissance et le redécouverte de ma ville natale se sont écoulés plus de quatorze ans. Donc, je n’ai pas vu un seul flocon de neige durant cette période. Et j’ai vu davantage de sable et subi ma dose de sirocco dans ce laps de temps. Je tends à croire que la chaleur, même extrême, est plus supportable que la neige, les frimas et les gelées. Si bien qu’actuellement, je râle contre l’hiver parisien. Mais quel remède ? Je ne peux tout de même pas retourner au Sahara, qui, en dépit de tout ce que je viens d’écrire, ne m’inspire pourtant aucune nostalgie !

Alors, prenons notre infortune en patience.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

G
La Polynésie.
Répondre
Y
Tu la connais mieux que moi, qui suis fâché avec les voyages.
C
Je n'ai jamais eu aussi froid de ma vie , en Algérie , en 1958 durant mon service militaire , dans une jeep ; qui fonçait à 60 à l'heure -il faisait moins10- dans ce mois de février dans le Djebel Amour . En revanche , au 15 Août , on crapahutait , coursant un certain Amirouche , aux environs de Tizi -ouzou , les croulaient sous la chaleur ; moi ; ,impeccable !
Répondre
Y
En effet, il pouvait faire très froid, en Algérie, en hiver. Et très chaud en été. On se demande à quel endroit du monde on peut trouver un climat agréable toute l’année.