La bise est refroidissante !

Publié le par Yves-André Samère

Et puisque je viens de critiquer la manie bien française de se dire « enchanté » par la rencontre d’un inconnu, rajoutons-en une couche sur les manies bien françaises : pourquoi diable cette lubie de « faire la bise », c’est-à-dire d’embrasser quelqu’un qu’on n’a jamais vu, pour la seule raison que ce quelqu’un qui nous est parfaitement indifférent est d’un sexe opposé au nôtre ?

Certes, on pourrait être encore plus grotesque, à la manière des Russes, qui vont jusqu’à embrasser sur la bouche un quelconque quidam, y compris du même sexe que l’embrasseur. Ce genre de démonstration finit par nous obliger à voir d’un œil favorable les interdictions actuelles dues à l’existence du virus que vous savez, et qui a obligé le gouvernement à nous déconseiller les « bises », autre coutume grotesque.

Du reste, réfléchissons un peu : le mot bise n’a-t-il pas un deuxième sens, celui de vent glacial ? Rien que d’y penser devrait nous retenir !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
C'est un des points positifs, à souligner car il n'y en a pas des masses, de cette pandémie !
Répondre
Y
En effet, on n’en voit guère !