Varions les noms de lieux

Publié le par Yves-André Samère

D’où vient cette mode de baptiser les manifestations telles que les conférences ou les réunions officielles en leur donnant le nom de l’endroit où elles ont lieu ?

Ainsi, on a eu le Grenelle de ceci, le Ségur de cela, et, tout nouveau, on vient de découvrir dans les journaux le Beauvau d’on ne sait quoi.

Évidemment, c’est absurde, et relève de cette manie consistant à donner aux choses des appellations ridicules. Si bien qu’on s’interroge : pourquoi ne pas rebaptiser la Place de la Concorde « Esplanade de la Décapitation », en souvenir de Louis XVI, ou, en souvenir de Ravaillac,  « Forum de l’Écartellement » la Place de l’Hôtel de Ville ?

Cela enjoliverait les endroits dont les noms ne brillent pas par l’originalité. Et ils éveilleraient l’intérêt des touristes, qui se font rares actuellement. Et qui, dès lors, rendraient hommage à notre esprit et à notre humour.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Je vois bien pour la place Vendôme : Place de l'élargissement anal .......
Répondre
D
Bonjour,

Grenelle de l'environnement, Ségur de la Santé, Beauveau de la sécurité, autant de Solferino(s) de l'hypocrisie, de Verdun(s) de l'efficacité et d'Austerlitz de la périphrase qui aident à préparer les Waterloo de la démocratie et Bérézina de la liberté !

Conservez-vous !

Don Liau
Répondre
Y
Pas mal ! Il faudrait populariser ces innovations. Au moins, elles nous distrairaient.
Y
En somme, nous sommes envahis par ces abus de langage. C’est tout à fait ce qui m’agace dans les médias.