Coupons les cheveux en quatre

Publié le par Yves-André Samère

Chaque dimanche soir, entre sept heures et demie et huit heures, Noëlle Bréham répond aux questions que des enfants et parfois quelques adultes lui posent par téléphone. Elle convie au micro des gens qui sont présumés savoir y répondre (quoique...), et, ce soir, une petite fille voulait savoir depuis quand les rois de France portaient des perruques.

J’avoue ne pas avoir connu la réponse, aussi ai-je appris que le premier roi de France à porter une perruque fut Louis XIII. La raison était qu’il commençait à perdre ses cheveux, ce qui est une bonne explication. Mais que son fils, Louis XIV, poussa le bouchon un peu loin, avait une réserve de perruques plus qu’abondante, et en changeait cinq fois par jour.

À titre personnel, et comme j’ai visité le château de Versailles, qui d’ailleurs ne m’a pas emballé, je peux ajouter qu’il avait un goût abominable, au point que Frédéric Dard, dans un de ses romans sur San-Antonio, a écrit très justement que s’il avait pu se faire faire des meubles à perruque, il l’aurait fait.

J’approuve hautement cette façon de voir. Du reste, vous aviez deviné que je déteste Louis XIV, autant que Napoléon et autres dictateurs. Louis XIV était un type affreux, et c’est facile à vérifier.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Je crois que ces perruques étaient la mode la plus moche, absurde et coûteuse que l'on ait inventée quand on y réfléchit. Si Louis XIV en changeait si souvent, c'était aussi pour montrer sa richesse, comme tout le château de Versailles avec ses kilos d'or sur les meubles, les murs. Faut aimer.
Par contre, pour les soins dentaires, ça n'était pas terrible. La plupart (dont le roi) de la Cour avait une haleine de poney et les dents gâtées. Pour le coup, il n'y avait pas de dentiers. On ne peut pas tout avoir.
Répondre
Y
Quand on pense que c’est ce pauvre Louis XVI qui a payé pour ses prédécesseurs. Il faudrait qu’on cesse, dans ce pays, d’être fiers d’avoir coupé la tête des rois. D’UN roi, en fait, et c’était profondément injuste.
D
Oui, comme tous les dictateurs. D'un autre côté, en demandant aux nobles de l'entourer en permanence à la Cour, notamment en distribuant des "charges" ridicules mais rémunératrices, il a démoli ce qui faisait la cohésion sociale (nobles, clergé et tiers-état), avec un rôle social pour chacun. Il ne voulait plus de "fronde", le poison de sa jeunesse, en muselant perfidement cette catégorie sociale. Ce qui a entraîné la Révolution et l'abolition des privilèges. Ce que je dis est sans doute caricatural, mais fait réfléchir sur le pouvoir absolu, obligatoirement le ferment de révoltes.
Y
Loulou-la-Fistule cumulait toutes les tares. C’est lui qu’il aurait fallu guillotiner, si la guillotine avait existé ! La liste de ses crimes est longue.
J
Exact, le paragraphe critique de Louis XIV et de son style est relativement long, et comporte « S’il avait pu se faire faire des meubles à perruques il les aurait commandés.» L'histoire de France vue par San-Antonio (1964).
Répondre
Y
Bien sûr, j’ai lu ce livre de Frédéric Dard. D’ailleurs, je les ai tous lus ! C’est rafraichissant, de lire un auteur qui n’est pas béat d’admiration face à ce dictateur sanglant et stupide. Je ne comprends pas les historiens qui béent de dévotion quand ils parlent de lui.