Détail technique pour fondus de cinéma

Publié le par Yves-André Samère

J’ai commencé le visionnage de la passionnante mini-série Les carnets de Max Libermann, que France 3 a diffusée, et qui est de nature policière, l’action se passant à Vienne, en Autriche, à l’époque où Sigmund Freud y sévissait (je n’aime pas beaucoup cet individu, pour tout dire). Le premier épisode, très dramatique, se termine dans la Grande Roue qui se trouve près du Prater, un peu comme dans le film de Carol Reed Le troisième homme, avec Orson Welles.

Or, par le plus grand des hasards, j’ai relevé un petit fait qui fait un lien avec le premier long-métrage de Welles, Citizen Kane. Pas à propos de l’histoire, mais d’un détail technique de mise en scène : les deux films comportent une séquence qui a été réalisée par le même trucage, ce qui m’a sauté aux yeux.

Bien entendu, ce genre de détail n’éveille l’intérêt de personne, et seul un cinglé de cinéma comme moi pouvait faire ce rapprochement. Il est probable que cela ne vous passionnera pas, mais votre curiosité sera peut-être attirée, au moins le temps de la lecture. Si c’est le cas, pourquoi ne pas lire cet article, qui traite de ce détail cinématographique ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :