Se plaindre trop tard

Publié le par Yves-André Samère

Étrange, la justice française. On a pu entendre, aux infodemasses, qu’une fille qui avait affirmé avoir été victime d’un viol par l’ancien ministre Louis Joxe avait été déboutée de sa plainte. Motif : elle a dénoncé son prétendu agresseur actuellement, alors qu’elle est devenue majeure entretemps. Raisonnement des gens du tribunal : puisqu’elle a atteint sa majorité bien après les faits dénoncés, elle aurait pu (et dû) porter plainte avant qu’intervienne la prescription. Autrement dit, ma fille, tu as trop tardé, et tout ça, c’est de ta faute ! C’est au ministre de se plaindre d’être dénoncé.

Je ne sais pas, moi, si Joxe a pu agresser une fille, mais, qu’il l’ait fait ou non, le tribunal aurait pu y songer plus tôt, non ? Il n’avait pas tous les éléments pour se faire une opinion ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 15/04/2021 03:52

A compter d'un certain délai, le délit est effacé, même si la personne lésée porte plainte. Seul le crime de génocide est imprescriptible. Se pose évidemment la question de "l'amnésie traumatique", c'est à dire l'effacement de sa mémoire d'un fait traumatique, qui peut resurgir des années plus tard. C'est pour cela que certains veulent allonger le délai de prescription pour les délits sexuels sur mineurs.

Yves-André Samère 17/04/2021 08:24

Les adultes se font rares. Qui est responsable ? Les gouvernants, de toute évidence.

DOMINIQUE 15/04/2021 18:06

Il faut dire aussi que les enfants autrefois étaient "adultes" ou considérés comme tels beaucoup plus tôt que maintenant. Les lois bien souvent ont un train de retard, car elles entérinent des mœurs bien inscrites dans la société, et non toutes sortes de modes intellectuelles souvent éphémères.

Yves-André Samère 15/04/2021 17:45

En foi de quoi, les temps passés étaient abominables. L’autorité du père, quelle bonne blague !

DOMINIQUE 15/04/2021 11:34

Les lois sont adoptées elon les mentalités des époques, et quand cette prescription a été votée, les enfants n'étaient pas aussi protégés que maintenant. Par exemple, des enfants dans les usines textiles pouvaient commencer à travailler à 4-5 ans. D'autant que la cellule familiale sous l'autorité du père était un domaine privé, où il avait tout pouvoir.
Évidemment, pour être en harmonie avec nos mœurs actuelles, la prescription en ce cas devrait être rallongée.

Yves-André Samère 15/04/2021 08:53

Je suis partisan de cet allongement du délai. On ne peut plus laisser des criminels profiter de la loi qui ferme les yeux.