Détester le football

Publié le par Yves-André Samère

C’est peu dire que je ne m’intéresse pas au sport. En réalité, je déteste tous les sports, particulièrement le football. Et cela remonte à mes cinq ans, lorsque mon père avait eu la mauvaise idée de m’emmener au stade de notre petite ville, croyant me faire plaisir. Déjà, il me connaissait mal, et, lorsque la foule imbécile a poussé le hurlement qui salue les passes réussies, j’ai eu peur et me suis mis à pleurer. Encore une fois, je n’avais que cinq ans, donc tout ça était admissible. Le pleur, pas les hurlements.

Depuis, je n’ai jamais revu un match de football, et je ne regrette pas cette carence, si vraiment c’en est une. Je ne sais donc rien des vedettes de l’actualité footballistique, en dépit des marques de dédain de la part des spectateurs qui estiment outrageusement avérée leur aversion affichée pour les boissons sucrées.

Plus tard, devenu interne pour quatre ans dans mon établissement d’études secondaires, ce n’est pas exagéré d’avancer que je me retrouvais en queue de la classe pour les études sportives. Mais j’avais fini par aimer beaucoup notre dernier professeur d’éducation physique, un jeune homme très simple et qui admettait parfaitement qu’on ne prête aucune attention à ce qu’il enseignait. Il avait fini par nous autoriser à le tutoyer et à l’appeler par son prénom, Joël. Cette simplicité, unique dans un tel milieu, est vraiment passée comme une lettre à la Poste, et tutoyer un professeur n’avait en l’occurrence aucune nuance d’irrespect. En somme, Joël comprenait parfaitement que je ne m’intéressais pas à son enseignement, et il ne me méprisait en rien.

J’ignore ce qu’il est devenu ensuite, puisque j’avais terminé mon année de stage et suis entré immédiatement dans le métier que j’avais choisi. Dommage, nous serions probablement devenus amis, si je n’étais pas parti dans une autre ville.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 20/06/2021 15:49

Je n'aime pas le sport, encore moins le football. Je déteste cet esprit de compétition, ces hurlements de joie comme si notre vie en dépendait. J'ai eu la chance d'avoir un compagnon qui, comme vous, détestait le sport depuis tout petit.
Inutile de vous dire que mon neveu est un supporter de l'OM...

Yves-André Samère 21/06/2021 08:15

Je ne comprends pas du tout cette idolâtrie envers les prétendus champions. À quoi sont -ils bons ?