Avez-vous peur du nombre treize ?

Publié le par Yves-André Samère

Si vous me lisez (je dis bien « si »), vous savez que je ne suis pas superstitieux. Et que, notamment, la phobie du nombre treize ne m’a jamais effrayé. Mais pourquoi tant de gens, dans le monde entier, lui ont-ils fait une sale réputation ?

D’abord, cela remonte loin, avec des nuances : dans l’Antiquité romaine, en particulier, il avait une bonne réputation, parce qu’il était... impair ! Mais les Romains n’en étaient pas moins diablement superstitieux. Et les chrétiens, avec le souvenir de la Cène et de ses treize participants – les douze apôtres plus Jésus –, en conservaient une idée funeste ! Pauvre Judas, qui le paye encore, malgré les quelques écrivains (dont mon cher et défunt Gerald Messadié) qui ont tenté de le réhabiliter.

Plus tard, en 1666, Boileau évoque la peur du nombre treize dans ses Satires, tandis que les lecteurs de la Bible reprochent à ce nombre d’être le treizième chapitre de l’Apocalypse (l’Antéchrist), et que les férus de mathématiques rappellent que ce nombre, qui est premier comme chacun sait, ne peut pas être divisé. Alors que le douze est considéré comme « sacré » ! Quant aux joueurs de tarot, ils argüent que la treizième lame du tarot de Marseille est la mort, dans les treize jours ou dans l’année. Voyez ce qu’écrivait Charles Nodier : « Le 6 floréal 1803, j’ai dîné chez Legarque, aux Tuileries, avec douze personnes qui étaient toutes dans la force de l’âge, et qui sont mortes cinq dans la première année, cinq dans la seconde, la onzième et la douzième moins de dix ans après » ! Brrr... Quant à Victor Hugo, connu pour avoir joué au spirite avec ses tables tournantes, on a rapporté qu’il avait fait retarder un dîner pour avoir le temps de faire chercher un quatorzième convive.

En revanche, chez les Romains, Pline raconte dans le livre 28 de son Histoire naturelle, que, lorsqu’il y a un nombre PAIR de convives autour d’une table, « il en résulte danger pour la considération de l’un quelconque d’entre eux ». Mais Pline était intelligent...

Et de nos jours ? Pas mieux ! En France, on sait que la recette des chemins de fer et des omnibus diminue le 13 du mois. À la Bourse de Paris, on pouvait voir 102 strapontins, numérotés de 1 à... 103 : le numéro 13 a été « oublié », et il a reçu le numéro 70 ! Aux États-Unis, les hôtels n’ont pas de treizième étage : on passe directement du douzième au quatorzième. Et beaucoup de Français refusent d’aller demeurer dans une maison portant le numéro 13.

Enfin, apothéose, associer le nombre 13 et le vendredi (jour de la supposée crucifixion de Jésus) est superlativement néfaste, et même les radios signalent ce jour à leurs auditeurs.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella bernard 10/07/2021 16:43

Contrairement à certaines radios qui, comme vous dites, signalent le vendredi 13 , je crois que France Inter s'en dispense . En toutcas il n'y a pas de rubrique horoscope comme c'est le cas sur beaucoup de radios .

Yves-André Samère 11/07/2021 15:48

C’est vrai, on échappe à la bêtise généralisée.

cacciarella bernard 09/07/2021 16:43

C'est pourquoi il faut se résigner à faire avec, " France Inter qui nous fait grâce de vendredi 13 autre horoscope !

Yves-André Samère 10/07/2021 09:20

Là, je n’ai pas compris !