Blablabla présidentiel

Publié le par Yves-André Samère

Contrairement à mon habitude, j’ai écouté le discours de Macron, quoique ayant raté le début. Et, pour une fois, je l’ai jugé équilibré (le discours, pas Macron).

Je n’ai un peu tiqué que lorsqu’il a cru devoir replacer son couplet sur la réforme des retraites, qui flanque la diarrhée à la plupart des Français. Mais, craignant un peu les réactions populaires, puisque ce projet est haï un peu partout, il a fait un grand pas en arrière, en promettant de le réaliser... quand le moment sera venu.

Courageux, mais pas téméraire, le présiblique.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :