Croire ou ne pas croire ?

Publié le par Yves-André Samère

Je suis un incroyant. Cela ne date pas d’hier (en général, je me qualifie plutôt d’athée, terme assez catégorique et convenant mieux à ma disposition consistant à éviter les demi-mesures), quoique j’ai commencé relativement jeune.

Pourtant, je ne refuse pas d’entrer dans les églises. À ce détail près qu’y entrer ne me procure aucune émotion, et j’ai souvent dit ou écrit que je me réfugiais volontiers dans l’église de Saint-Eustache pour y lire en paix « Le Canard enchaîné ». Et puis, il y a ces récitals d’orgue des dimanches après-midi, que je ne ratais jamais quand l’organiste était Thomas Ospital, qui doit avoir trente ans à présent, et qui, après des mois d’interruption pour cause d’épidémie, va retrouver ses claviers le 28 septembre prochain. Je prévois une foule, ce soir-là !

En dépit de ce choix – qui n’en est pas vraiment un –, je reconnais que la religion peut aider pas mal de gens, s’ils ont la faiblesse de croire à une chimère. Ce n’est pas parce qu’on ne croit pas qu’elle n’aide pas autrui. Des croyants, et surtout des croyantes, j’en ai rencontré des tas. Et donc, je ne me moque ni des croyants, ni des prêtres qui leur ont inculqué leur croyance : il doit bien exister quelques prêtres qui croient en Dieu ! Difficile, par exemple, de se moquer de l’abbé Pierre, qui, né dans une famille aisée, a renoncé à sa fortune dès l’âge de dix-neuf ans (et qui a beaucoup critiqué le pape !). Sa sincérité ne pouvait pas être mise en doute.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
qu'est qui pousse les gens à s'enticher, de préférence pour tout ce qui est irrationnel et invérifiable ?
Répondre
Y
Je ne connais pas de réponse à cette question, car je ne m’entiche de rien.
C
D'accord avec vous mais le problème ; ce n'est pas la croyance , c'est l' appartenance à une religion, ce qui incite à considérer que sa religion est la seule bonne religion , d'où , conflits, croisades guerres etc. ;


civile et autres !
Répondre
Y
Effectivement, croire (à n’importe quoi) est une monstrueuse erreur. Je ne crois à rien.