« Germinal » fautif

Publié le par Yves-André Samère

Hier soir, j’ai regardé Germinal sur France 2. Ce feuilleton m’a assez intéressé, mais j’y ai relevé au moins deux bourdes. La première concernant la langue française, et la seconde, le ragtime.

La faute de français, très répandue dans les médias, consiste à énoncer des phrases comme « C’est DE ça DONT je parle ». Cette faute réside dans le pléonasme suivant : le pronom dont a pour sens duquel, de laquelle ou desquels. Autrement dit, il contient déjà la préposition de. Inutile par conséquent de la répéter. Ce n’est pas gravissime, mais la télévision doit bien être regardée par quelques amateurs soucieux de la langue française...

Le ragtime ? Au début de l’épisode 2, on voit et on entend un pianiste jouer un morceau entraînant qui appartient au style du ragtime, lequel n’a été répandu qu’entre les années 1897 et 1918. Or Germinal, le roman de Zola, a été publié en 1885. Zola n’a donc pas pu en parler. Aurait-il été un voyant extralucide ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :