Les deux fils que je n’aurai pas

Publié le par Yves-André Samère

Je n’ai pas d’enfants. Mais si j’en avais eu, et si possible deux fils, j’aurais prénommé l’aîné Alexandre, en référence à ma mère et à mon pianiste préféré. Et le cadet, Adrien (sans H, je ne comprends pas ce que fait ici cette majuscule), qui aurait ainsi hérité, je l’espère, des qualités exceptionnelles de l’empereur romain.

À ce dernier, on doit en outre Tivoli – non, je ne parle pas du parc d’attraction de Copenhague, où néanmoins j’ai passé bien des heures, y compris dans la salle de concert, laquelle, trois fois par semaine, offrait gratuitement une heure de musique classique. Un enchantement.

Publié dans Culture, Divertissement, Musique

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :