Souvenir de Truffaut (et de Léaud)

Publié le par Yves-André Samère

En ce moment, il est beaucoup question de François Truffaut, parce que deux livres sur lui et son cinéma viennent de sortir.

Eh bien je vais me faire mal voir, car, si j’ai bien aimé Truffaut à ses débuts, j’ai déchanté et j’ai cessé de l’apprécier, pour l’avoir vu se conduire comme un cinglé dans une manifestation anti-gouvernementale à laquelle je participais. Cela se passait sur l’avenue du Président Wilson, à Paris bien sûr. Je marchais au premier rang de la manifestation antigaulliste et anti-Malraux, et j’étais entre Truffaut, que j’avais déjà croisé rue de La Harpe (celle où vivait Emmanuelle Riva) et Jean-Pierre Léaud, auxquels je donnais le bras, sans jamais leur avoir parlé. Et, parvenus à la hauteur du Palais de Chaillot, j’ai vu Truffaut et Léaud quitter les rangs de la manifestation, bousculer le portier du théâtre souterrain qui occupe une grande partie du Palais de Chaillot, et je les ai suivis afin de voir comment cela allait tourner. Je précise que nous étions quatre, Truffaut, Léaud, moi et un inconnu qui nous avait suivis.

Ensuite, ce fut le dévalement du grand escalier menant à la scène du théâtre. Hélas, l’édifice tout entier était désert, mes guides ont rebroussé piteusement chemin, et je les ai lâchés, car l’aventure ne me tentait plus.

Voilà, rien de bien glorieux, mais suffisant pour que je puisse écrire que Truffaut et son protégé faisaient n’importe quoi ! Nous avons été filmés, et j’ignore où la séquence télévisée a été diffusée, mais je sais que certains m’y ont vu.

Avant de mettre un point final à ce récit, je précise que tout y est vrai. Autant que je méprise les plagiaires, je déteste les menteurs, et je ne mens jamais.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :