À la télévision : « Vertigo »

Publié le par Yves-André Samère

Ce soir, allumez votre téléviseur sur Arte, et laissez tomber tout le reste : la chaîne passe Vertigo, le meilleur film d’Hitchcock. Tout est beau dans ce film, San Francisco, Kim Novak, et la musique de Bernard Hermann. J’ai d’ailleurs consacré à ce film une étude assez longue.

Pourquoi ce titre ? À cause d’une particularité du personnage joué par James Stewart, et qui justifie presque entièrement l’intrigue. Mais le livre français dont il est tiré, et dû au tandem de romanciers Pierre Boileau et Thomas Narcejac, s’intitulait D’entre les morts, titre qui s’applique très bien à l’intrigue principale, même si Hitchcock a préféré le titre anglais. Mais les deux auteurs français ont détesté son adaptation, au point de faire à Hitchcock un procès qui a valu l’interdiction du film en France – ce qui était fort peu justifié. Par chance, les spectateurs de France pouvaient le voir à la Cinémathèque, où cette interdiction ne jouait pas !

Soit dit en passant, Hitchcock lui-même détesta Kim Novak et lui appliqua toutes sortes de critiques idiotes. Mais il en fit autant avec Teppi Hedren, parce qu’elle l’avait repoussé lors du tournage de Marnie ! Or Miss Novak était excellente dans ce rôle, tout autant que Teppi Hedren.

J’ai lu le roman français d’origine. Il n’est pas mal, mais Hitchcock en avait modifié la fin, afin de placer plus tôt le dévoilement de l’explication, pour mieux caser le suspense qui était sa spécialité. C’était légitime, mais cette explication ne constituait pas l’essentiel du récit. En réalité, Vertigo est une histoire d’amour et de mystification, ce que vous comprendrez en voyant le film.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :