☠ Lundi 2 mai 2022 - Dominique Simonot

Publié le par Yves-André Samère

Si Macron II avait deux sous de sensibilité et voulait vraiment faire oublier Macron I, il virerait illico son actuel ministre de la Justice, le très antipathique et très vaniteux Dupond-Moretti, dit « Acquittator », et le remplacerait par Dominique Simonot, ancienne chroniqueuse au « Canard enchaîné », et qui est à la fois une femme de cœur et une parfaite connaisseuse des tares du ministère de la Place Vendôme.

Quoi ? Vous ne connaissez pas Dominique Simonot ?

Moi non plus, quoique je l’ai croisée une fois, alors que je faisais des recherches dans les archives du « Canard », et que j’ai vu arriver deux femmes que je ne connaissais pas. Or l’une des secrétaires m’a soufflé que l’une d’elles était Dominique Simonot, bien connue de votre serviteur pour ses articles sur les audiences en comparaison immédiate − une véritable infamie (pas les articles, seulement les audiences). Mais vous pouvez écouter sur France Inter l’émission entendue hier matin, à dix heures, où elle était l’invitée d’Éva Bester. Parmi bien d’autres illustrations, cette émission a diffusé un extrait d’un film de Julien Duvivier, L’affaire Maurizius, que j’ai immédiatement reconnu pour l’avoir vu vers mes seize ans, au ciné-club de mon école, et qui est repassé à la télévision récemment et où je l’ai revu. Or ce film, très réussi et même passionnant, concernait justement une erreur judiciaire commise par un procureur suisse, erreur dont son fils s’efforçait de combattre le verdict en s’opposant violemment à son père.

Vous pouvez écouter cette émission avec Dominique Simonot, car elle est rediffusable en podcast. Vous n’y perdrez rien, et ferez la connaissance, ainsi, de cette ancienne journaliste, pleine de compassion, au contraire de l’actuel et susnommé Sinistre de la Justice.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

S
Comparaison ou comparution immédiate?
Répondre
Y
On m’a déjà signalé cette erreur, et je l’ai corrigée ce matin.