Faites ce que je dis !

Publié le par Yves-André Samère

Paris, jardin du Luxembourg.

Il fait beau, il y a beaucoup de monde, et un jeune homme s’est étendu sur une pelouse pour y faire une petite sieste. Pas au centre de la pelouse, non. Juste au bord. Pour s’allonger à cet endroit, le gars n’a pas eu deux mètres à faire. Et la pelouse mesure dans les cinquante mètres de large.

Surgit un gardien, de l’autre côté de la pelouse, à cinquante mètres donc. Il veut sermonner le jeune homme et le faire déguerpir – gentiment, je précise. Va-t-il faire le tour de la pelouse pour venir le réveiller sans fouler au pied le gazon sacré ? Pas du tout ! Il traverse bravement les cinquante mètres d’herbe tendre, boute le délinquant hors de l’espace vert, puis refait en sens inverse le parcours précédent.

Bilan : cent mètres de gazon piétiné. Mais l’ordre est sauf.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :