Le pape est-il un éléphant ?

Publié le par Yves-André Samère

Un éléphant rancunier au-delà de la mort, nous l’allons montrer tout à l’heure.

D’accord, il était un peu antijuif sur les bords, l’abbé Pierre, et un petit livre l’a prouvé. L’abbé avait d’ailleurs été exclu de la LICRA, dont il était membre d’honneur jusque là. Mais enfin, cela tenait aux préjugés qui avaient cours dans sa jeunesse, le genre de vérité première contre lequel il est très difficile de lutter. Il serait donc injuste de le lui reprocher jusqu’à perpète. L’abbé s’était excusé, et je pense qu’on peut passer l’éponge, compte tenu du reste de sa vie. Par exemple, ce trait : à 19 ans, il a renoncé aux biens terrestres et s’est défait de tout ce qu’il possédait. Citez-nous une autre personnalité qui en ait fait autant, surtout à cet âge.

Cela déblayé, il est incontestable que le décès de l’abbé Pierre a été salué par tous les grands journaux de la planète. Tous ? Non. Un journal a résisté à l’envahissement, et n’a pas écrit un seul mot sur l’évènement. Devinez lequel !

Eh bien, oui, il s’agit de L’Osservatore Romano, le journal officiel du Vatican. Le nouveau pape n’avait pas oublié les douceurs que l’abbé avait envoyées à ses prédécesseurs via la presse, et comme un vieil éléphant à la mémoire tenace, il s’en est élégamment vengé.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :