Chef-d’œuvre en péril

Publié le par Yves-André Samère

Vous connaissez Daniel Buren ? Mais si, voyons, le plus grand peintre et sculpteur du monde ! Sa spécialité ? Peindre des rayures verticales noires sur les objets (ou en cercle si le support est circulaire). Mais attention, pas n’importe quelles rayures ! Elles DOIVENT avoir 87 millimètres de large. Bref, ce n’est pas dogmatique du tout, comme art. Comment ça, un robot chargé de peindre les carrosseries de bagnole sur une chaîne de montage pourrait en faire autant ? Vous êtes un affreux réac...

Buren n’est pas content, l’État laisse à l’abandon ses fameuses colonnes du Palais-Royal, chef-d’œuvre que nous devons évidemment à l’initiative de Jack Lang. Il a tort, l’État. Vu la masse de fric dont il dispose en ce moment, il pourrait faire un geste pour Buren. Mais je parie que les sans-logis ont tout détourné à leur avantage. Comme d’habitude.

Bref, Buren menace : si on ne retape pas vite fait ses colonnes, il les démonte !

Hé ! Pour une fois, il est donc urgent d’attendre.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 31/12/2007 13:58

Attendons, attendons, il les démontera à ses frais. Je connais un maire qui serait ravi d'héberger ces trucs, entre deux aigles et trois lions...