Encore mieux qu’un oxymore !

Publié le par Yves-André Samère

L’une des expressions les plus curieuses de la langue française, et qu’on entend ou lit assez souvent, est celle-ci : « réduire au maximum ». Par exemple, on dira que « le gouvernement entend réduire au maximum le taux de chômage des jeunes ».

Pourquoi curieuse ?

Il est évident, s’agissant de la phrase ci-dessus, que celui qui la prononce veut indiquer que le gouvernement entend diminuer le plus possible le chômage des jeunes. Et la plupart de ceux qui entendront ou liront la phrase comprendront cela. Mais il y a problème.

En effet, si l’on avait dit que le gouvernement entendait « réduire à 7 % » le taux de chômage, tout le monde aurait compris que ces 7 % constituaient le but à atteindre. Mais si, dans cette expression, le complément de réduire désigne le but à atteindre, alors la logique voudrait que, dans « réduire au maximum », ce fameux maximum constitue AUSSI le but à atteindre. Et on touche ainsi à l’absurde, vouloir réduire telle chose en visant sa valeur maximale !

Mieux vaudrait s’abstenir d’employer une telle expression, dont l’imprécision peut vous amener à dire le contraire de ce que vous recherchiez.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :