Rencontres

Publié le par Yves-André Samère

Il y a une semaine, j’ai voulu tenter une petite expérience. On sait que les sites « de rencontres », non seulement... rencontrent un grand succès, mais qu’il en existe même un qui est coté en Bourse ! Preuve que ça peut rapporter gros. Or j’avais trouvé une publicité pour un tel site, dont je ne vois pas pourquoi je vous cacherais qu’il s’intitule Be2, et j’ai décidé de voir un peu à quoi cela ressemblait. Bien entendu, je me fous totalement de « faire des rencontres », comme ils disent tous, et surtout sur Internet, ce concentré de pièges à cons.

Sur le site indiqué, la page d’accueil vous invite à vous inscrire et à répondre à une foultitude de questions, auxquelles je réponds, comme tout le monde, en fournissant des informations bidons. Vous pensez bien que si on disait la vérité, on ne rencontrerait jamais qui que ce soit ! Sans surprise, le questionnaire exige une adresse électronique.

Dès le lendemain, un message m’attend à l’adresse électronique fournie par moi. Quelle rapidité ! On me dit que telle personne m’a répondu, et que j’ai toutes les chances d’en tomber amoureux. Un lien m’invite à cliquer pour contacter la personne. Je ne réagis pas. À partir de là, chaque jour, j’ai un message du même tonneau, parfois deux, et c’est fou ce que je plais, on ne croirait pas. Je ne réagis toujours pas.

Après quelques jours de ce rituel, je décide de cliquer sur le lien qu’on m’indique pour lire mon courrier amoureux, www.be2.fr, car, me dit-on textuellement, « vous trouverez le message de [X] dans votre Boîte aux lettres » (avec une majuscule à « Boîte »). Je clique, et ne trouve aucun message de [X], mais cet encouragement : « Au cas où cela ne marcherait pas avec [X], n’oubliez pas : vous bénéficiez avec tous nos Accès Premium de notre garantie de succès, vous assurant au moins 10 prises de contact personnelles ».

Il est évident que cela ne pouvait pas marcher avec [X], puisque aucun [X] ne s’est manifesté. On vous a appâté, cher client potentiel, il est temps de passer à la caisse. Et comme je ne réponds toujours pas, les philanthropes du site be2.fr en rajoutent une louche avec le message du jour suivant, qui me fait une description dithyrambique de telle personne me correspondant tout à fait... et dont évidemment on ne fournit pas l’adresse électronique, la condition étant toujours la même, m’inscrire pour la version payante.

Je ne recevrai pas les messages suivants, car j’ai mis le site expéditeur sur la liste noire de mon antispam, et parce que je connais déjà la suite : on va me proposer des réductions, des cadeaux, des bons d’achat, bref, tout ce qui enjolive nos existences de consommateurs anesthésiés.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Cela ressemble aux agences matrimoniales qui vous faisaient rencontrer des gens payés pour vous rencontrer, afin de vous appâter et vous faire signer un contrat juteux (pour elles). Rien de nouveau sous le soleil, seuls les moyens diffèrent.
Répondre
Y

Évidemment. Escroquer les gens est un art très ancien.