An zéro, ou instant zéro ?

Publié le par Yves-André Samère

La série culturelle L’Apocalypse, de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, s’est terminée hier sur Arte, après douze épisodes. Malencontreusement, l’avant-dernier s’intitulait L’an zéro du christianisme, alors que les premières phrases du scientifique interviewé affirmaient au contraire et à juste titre : « Il n’y a pas d’an zéro. Il n’y a jamais eu d’an zéro. Il y a l’an -1 avant Jésus-Christ, et l’an 1 après ».

Eh oui, tout est là. Un an, c’est une période, une durée, un intervalle. Un an ne peut pas être un instant servant de point de repère, lequel, évidemment, doit être de durée nulle. Tout comme, en géométrie, l’origine d’une demi-droite est un point, par nature infiniment petit. Tout comme, sur la graduation d’un thermomètre, le zéro est un simple point marquant la température de la glace fondante.

En outre, en 525, à l’époque où le moine Denys le Petit a choisi, on ne sait sur quels critères – et en se trompant –, l’instant de la naissance de Jésus pour en faire le départ de l’ère chrétienne, le nombre zéro n’existait pas ! La notion de zéro ne disait rien à personne. Le zéro a été inventé, sans doute par les Indiens, au cinquième siècle, donc à la même époque (mais Denys n’en savait rien, car la numération indienne n’a été introduite en Europe par les Arabes que des siècles après), parce qu’il fallait un symbole pour combler les colonnes vides dans la numération décimale. Autrement dit, tant qu’on n’écrivait pas les calculs, on n’avait pas besoin de zéro. Ce n’est que plus tard que sa nécessité s’est fait sentir, pour exprimer le nombre d’éléments d’un ensemble vide.

En revanche, zéro ne peut pas désigner un rang dans une liste. On peut être troisième, deuxième, premier, on ne peut pas être « zéroïème », cela n’a aucun sens : comment être placé avant le premier ?

Cette inexistence d’an zéro a aussi servi aussi à démontrer pourquoi le vingt-et-unième siècle commençait le 1er janvier 2001. Pas 2000 ! Le raisonnement est tout simple : tout siècle a cent ans, et aucun calendrier n’a jamais comporté d’an zéro. Donc le premier siècle va de 1 à 100 inclus ; le deuxième, de 101 à 200 inclus ; et ainsi de suite. C’est ultra-simple à comprendre.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
"Allemagne année zéro" aurait dû s'appeler "Allemagne année une" : reconnaissez que c'est tout de suite moins affriolant.
Répondre
Y

Transmis pour avis à Karl Zéro.