Humour de Stéphane Guillon (bis)

Publié le par Yves-André Samère

Hier matin, l’humoriste (qu’il croit) Stéphane Guillon s’en prenait très grossièrement à Dominique Strauss-Kahn sur France Inter. Thème : la vie sexuelle supposée débordante du directeur du FMI. Passons sur le graveleux de ces quatre minutes, et notons en passant qu’il ne s’agissait, d’un bout à l’autre, que de la vie privée d’un homme public. Il paraît qu’en France, les journalistes n’attaquent jamais sur la vie privée – on reviendra sur ce mythe à propos d’Alain Delon et du « Canard enchaîné »...

Strauss-Kahn, qui avait entendu les insanités de Guillon, a relevé, très modérément, disant qu’il n’avait pas apprécié. Point final.

Ce matin, Guillon, au lieu de faire des excuses, en rajoute une louche sur Martine Aubry, décrite d’un bout à l’autre de sa chronique comme dotée d’un physique de pot à tabac.

Il n’y a pas à dire, quand on est spirituel autant que distingué, il faut le faire savoir un peu chaque jour.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
DSK a dit en gros qu'il ne fallait pas confondre méchanceté et humour. Commentaire juste, et Guillon ce matin a été lamentable à propos d'Aubry, comme vous le dites.
Répondre
Y

Il n’a aucun esprit. En fait, ce qu’il veut, c’est être acteur, d’où son style très maniéré, très surjoué quand il parle. Il y a un an, il a tourné un film qui n’est pas encore sorti. Si Guillon
devient vedette (on put rêver), il laissera tomber le métier d’humoriste. Ce qui nous reposera.