Une tache sur Eddy Mitchell

Publié le par Yves-André Samère

France 2 a diffusé hier soir une pièce de théâtre en direct, Le temps des cerises, de Niels Arestrup (c’est un acteur connu, qui faisait aussi la mise en scène). Cela ne durait qu’une heure vingt et c’était joué par Eddy Mitchell et Cécile de France, actrice belge, comme son nom ne l’indique pas. On nous a fait savoir qu’Eddy Mitchel jouait au théâtre pour la première fois, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il aurait mieux fait de choisir une autre pièce et un autre metteur en scène !

La pièce elle-même, très basique dans son principe, utilisait le thème du personnage qui entre dans la vie d’un autre de façon anodine et finit par transformer complètement son existence. Ici, Cécile de France est une étudiante en archéologie qui rêve d’être peintre, finira par écrire un livre, et joue les bonniches chez un peintre célèbre et incapable de se débrouiller tout seul pendant que sa femme va passer un mois chez sa mère. Eddy Mitchell fait son numéro d’ours bourru et n’a pas grand-chose à faire, Cécile de France en fait un peu plus, mais ni l’un ni l’autre ne parviennent à rendre cette situation intéressante. Et comme c’est inintéressant dès le début, j’ai fait comme d’habitude, je me suis intéressé à autre chose : la mise en scène.

Un détail sautait aux yeux : au début de l’action, le peintre célèbre a une énorme tache rouge sur la joue gauche. On se dit que c’est de la peinture et qu’il va bientôt se laver, car même un peintre célèbre et bourru se lave la figure de temps en temps. Mais l’action avance, plusieurs jours sont censés se passer, la situation évolue, les personnages changent de rapports, et... la tache rouge reste sur la joue d’Eddy Mitchel. On se dit alors que ce n’est pas de la peinture, mais une tache de naissance.

Mais voilà que Cécile de France fait un shampoing à Eddy Mitchell, et... la tache a disparu ! C’était donc bien de la peinture. Nous sommes à presque un mois du début de l’action, on doit ainsi en conclure que notre peintre ne s’est pas lavé pendant près d’un mois... ou que le metteur en scène a oublié de dire à son acteur qu’il devait se démaquiller entre deux scènes.

Vous allez dire que ce détail est insignifiant. Pas tant que ça. Il entre dans le cadre de ma grande série « Les metteurs en scène de théâtre sont de gros flemmards qui prennent les spectateurs pour des idiots ».

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Mon papa (83 ans) a trouvé la pièce indigente, mais comme il est amoureux de Cécile De France (...à mon âge, tu te rends compte !), il a retenu surtout sa plastique ! Comme quoi, on trouve toujours du grain à moudre dans un spectacle, que ce soient les taches rouges ou la géographie des dames.
Répondre
Y

Il est certain qu’il vaut mieux regarder Cécile de France qu’Eddy Mitchell ! Mais je n’ai pas compris pourquoi les spectateurs applaidissaient ce genre de pièce.