Vous aimez vraiment Siné ? Pas moi !

Publié le par Yves-André Samère

Tout ce que la gauche compte d’humoristes, de Guy Bedos à Didier Porte, et d’intellectuels comme Michel Onfray, a pris partie pour Siné dans son conflit avec Philippe Val, directeur de « Charlie Hebdo ». On se demande aujourd’hui ce que ces bonnes âmes ont pu penser de l’éditorial que Siné a publié le 18 février dans son journal « Siné Hebdo ».

Il écrit notamment ceci :

Une anecdote qui m’a toujours réjoui me revient en mémoire. En Afrique du Sud, au temps de l’apartheid, un esclave tente de convaincre l’un de ses potes, réticent à l’idée de couper la gorge à ses maîtres [...] : « Mon patron est cool, pas raciste, ses mômes jouent avec les miens, sa femme m’a même appris à lire, je ne me sens pas la force de faire ce sale boulot ! – Je suis dans le même cas, mon frère, mais ça peut s’arranger... Tu vas aller tuer les miens et je m’occuperai des tiens ! ». Convaincus et rassérénés, ils conclurent leur pacte par une chaleureuse embrassade.

Voilà donc l’histoire qui a « beaucoup réjoui » Siné.

À croire qu’il est aussi raciste que l’affirment ses adversaires. Mais peut-être est-il simplement gâteux. Et qu’il n’a jamais vu le film d’Alfred Hitchcock, L’inconnu du Nord-Express.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :