Bécassine au Tibet

Publié le par Yves-André Samère

Il est chouette, le Tibet dont rêve le dalaï-lama. Un vrai paradis sur Terre ! Pendant des siècles, et jusqu’à ce que la Chine vienne s’en mêler, le Tibet était une théocratie, autrement, dit, les prêtres y étaient rois. Seigneurs et lamas s’y partageaient la totalité des terres ; il s’ensuit que neuf Tibétains sur dix étaient des serfs. La justice y était sommaire et pratiquait la torture et les mutilations. Les paysans étaient bien entendus écrasés de taxes, trois pour cent des habitants seulement savaient lire, la mortalité infantile atteignait 50 %, et l’espérance de vie ne dépassait pas trente-six ans. Jusque dans les années 1930, tout prêtre catholique y risquait sa vie, ce qui donne une bonne idée de la tolérance bouddhiste.

Aujourd’hui, au Tibet gouverné par la Chine, le servage et la torture ont été abolis, les épidémies ont été éradiquées, l’espérance de vie dépasse soixante ans, et 95 % des jeunes vont à l’école.

Je ne prétends pas que les Chinois sont des anges de douceur, mais il y a des limites à la jobardise.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :