L’administration Bush est à la torture

Publié le par Yves-André Samère

Quand on vous dit qu’on n’a pas fini de s’amuser avec ces histoires de torture ! (Non, ne criez pas au scandale, je ne me moque pas des torturés, mais des tortionnaires, qui risquent de se trouver bientôt à la torture, chacun son tour)

Au premier rang, la fameuse pianiste Condoleezza Rice, qui risque d’entendre une autre musique. Elle était le conseiller à la sécurité de George Bretzel Bush, et elle a été le premier responsable politique à autoriser la torture. Très exactement le 17 juillet 2002. Le feu vert pour utiliser ces « techniques », comme disent les gens polis, elle l’a donné à George Tenet, directeur de la CIA. Une fausse note ?

Ensuite vient l’ex-ministre de la Justice, un certain John Ashcroft. Il avait déclaré que « l’utilisation de la simulation de noyade [était] légale ». Ben voyons, c’est tout naturel.

Enfin, Dick Cheney, l’ancien vice-président, et affairiste bien connu. Il a participé à des réunions sur le sujet de la torture en 2002 et 2003, et affirmé lui aussi que la torture était légale.

Hélas, pour le moment, Bush lui-même n’est pas en cause. Pourtant, tout ça a été perpétré en son nom.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :