Buren a encore frappé !

Publié le par Yves-André Samère

Les colonnes que le « sculpteur » Buren (en fait, il ne sculpte rien, il moule) a édifiées au Palais-Royal font partie de ce qu’il y a de plus laid à Paris. La commande de cette horreur était due à Jack Lang, quand il était ministre de la Culture, on l’aurait deviné si on ne l’avait pas su.

Buren a encore frappé, quoique de façon plus anodine, puisqu’il n’a pas eu l’occasion de défigurer, cette fois, un lieu historique de la capitale. Cela s’est passé sur l’île de Nantes, qui est déjà un endroit assez laid : nulle part comme à Nantes, la Loire n’a cette qualité de laideur, si je puis dire. Et, sur le Quai des Antilles, Buren a placé ses Anneaux, en équilibre sur le garde-fou qui empêche les passants horrifiés de se jeter dans le fleuve.

Placés perpendiculairement à l’axe de cette balustrade et d’un diamètre d’au moins un mètre cinquante, ils gênent le passage des piétons. Sur la photo que j’ai pu en voir, d’ailleurs, aucun de ces passants ne lui jette le moindre regard, fût-ce de curiosité : c’est évident, les Anneaux de Buren servent de repoussoir, ils obligent les piétons à ne PAS regarder la Loire !

Comme d’habitude, ils sont blancs avec des rayures noires, car, sans cela, on ne saurait pas qu’ils sont dus au génie de Buren. Voyez la photo en suivant le lien ci-dessus, vous serez édifié !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :