Prisonnière au Mexique

Publié le par Yves-André Samère

On a reparlé il y a quelques jours de cette Française condamnée au Mexique à une peine de soixante ans de prison. Les Français laissaient entendre qu’elle pourrait être expulsée pour accomplir sa peine en France, mais le président mexicain a fait savoir que non : elle devra rester en prison au Mexique, et jusqu’au bout.

Mais comment s’en étonner ? Il y a eu un précédent, c’est celui des célèbres « faux époux Turenge », ce tandem d’espions (ils n’étaient pas un couple) qui ont contribué au sabotage du « Rainbow Warrior » dans le port d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. Arrêtés, incarcérés, jugés et condamnés sur place, ils avaient néanmoins été remis aux mains des autorités françaises, et notre gouvernement, après avoir juré ses grands dieux qu’ils feraient leur peine en France, les avait libérés en douce au bout de quelques mois ! Évidemment, leur crime, ils l’avaient commis sur commande desdites autorités françaises...

Mettez-vous à la place du Mexique ! Vous auriez eu confiance ? Quand la parole de l’État ne vaut rien, les ressortissants de cet État en font les frais. C’est toujours la même musique, les citoyens sont responsables sans être coupables.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 30/06/2009 09:49

Et puis, à mon avis, on n'aurait pas fait tout ce foin si elle avait été moche, genre Suzan Boyle.

Yves-André Samère 30/06/2009 14:03


J’en conclus que Susan Boyle n’a pas intérêt à se pointer au Mexique, ni à se lancer dans le terrorisme.