Écologie : le roi est nu

Publié le par Yves-André Samère

Je ne me crois pas doté de plus de bon sens que les autres. Simplement, j’ai été mal élevé par des parents peu attentifs, donc j’ai tendance à suivre cette tournure d’esprit du petit garçon dans le conte d’Andersen, celui qui voyait le roi nu quand tous les adultes, autour de lui, s’évertuaient à ne pas voir que le vêtement – qu’un couturier aussi farceur qu’escroc lui avait taillé dans un tissu d’autant plus léger qu’il n’existait pas –, que ce vêtement, donc, brillait surtout par son absence.

De sorte que je vois mal pourquoi on devrait respecter une opinion pour le seul motif qu’elle est répandue.

Ainsi, ne faudrait-il pas s’esclaffer aux incohérences des écologistes qui s’enflamment pour la défense des bébés-phoques ou des baleines, martyrisés (je ne dis pas le contraire) à l’autre bout de la Terre, et n’ont JAMAIS eu un mot pour s’insurger contre le traitement que, sous leur nez, on inflige aux poules ou aux cochons dans les élevages industriels ? Les victimes sont pourtant bien plus nombreuses !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
D'autant que ces écologistes, qui prônent le "bio", ne s'insurgent pas aussi sur les saloperies que l'on donne à manger à ces pauvres animaux. Souvenons-nous des farines faites de déchets d'équarrissage que l'on donnait aux bovins...
Répondre
Y

La vision sélective est une chose qui m’exaspère, et ce n’est pas d’aujourd’hui.