5000

Publié le par Yves-André Samère

Vous allez comprendre pourquoi cette forme inhabituelle donnée à mon titre, que les bonnes gens qualifieraient de « chiffre rond ». Mais d’abord, une double remarque, déjà faite en d’autres occasions : 5000 n’est pas un chiffre, mais un nombre écrit avec quatre chiffres. Les chiffres servent uniquement à écrire les nombres ; pas à compter. Et cette histoire de rondeur est farfelue, elle ne repose que sur une vague ressemblance entre un cercle et le chiffre zéro. Or cela n’est qu’un hasard, dû au fait que, puisque les hommes ont dix doigts, ils ont, presque partout (les Anglais ont pris leur temps), adopté la numération décimale, dans laquelle le même chiffre prend une valeur différente selon qu’il est placé à la première, deuxième, troisième position, etc., en partant de la droite. Si nous avions adopté la numération binaire, 5000 s’écrirait 1001110001000 ; si nous avions préféré l’hexadécimal comme les programmeurs en informatiques, cela donnerait plutôt 1388 ; et si, plus raisonnablement, nous avions adopté la base 12 (plus raisonnablement, parce que 12 a davantage de diviseurs que 10), on aurait 2A88. Enfin, si nous avions conservé les chiffres romains, qui gardent la même valeur quelle que soit leur place, nous serions incapables de faire la moindre opération. Merci donc aux Indiens qui ont inventé ces chiffres que, par reconnaissance, nous avons qualifiés d’arabes, histoire de rendre hommage à ceux qui avaient réduits en esclavage ces innovateurs...

Mais revenons à nos moutonss, comme disait Albert Topaze.

La notule que vous lisez présentement s’intitule donc 5000, parce qu’elle est la cinq millième que j’écris ici. Eh oui, j’ai commencé le 15 mai 2007, et j’ai par conséquent pollué Internet cinq mille fois, rien que sur ce site – ce qui, en moyenne, représente moins de deux articles par jour, néanmoins. J’ignore si d’autres polygraphes ont été aussi envahissants, mais c’est ainsi. En aurai-je épuisé, des lecteurs ! Beaucoup ont préféré se suicider, j’imagine, ou entrer au Parti Socialiste. Quant à moi, j’avoue que je n’ai aucun souvenir de ce que j’ai bien pu gribouiller : la fameuse mémoire de poisson rouge, c’est ma petite personne qui en a hérité. D’où mes probables, nombreuses et inconscientes redites, que vous avez eu la bonté de ne PAS me signaler.

(Autre hypothèse : vous ne vous êtes aperçus de rien)

Rendez-vous à la dix millième. Mais pas avant la fin de l’année.

Publié dans Curiosités, Actualité

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 30/08/2014 06:24

Je ne m’en lasse pas non plus, puisque ça m’amuse. Je vois beaucoup de blogs qui sont abandonnés au bout de quelques semaines ou quelques mois.Ici, il y a peu de risques.

DOMINIQUE 29/08/2014 21:42

Quand je pense que je vous lis depuis le début... Mon cerveau a à peu-près survécu.
Je vais vous faire une déclaration (honnête) : je ne m'en lasse pas !

Yves-André Samère 29/08/2014 16:25

Moi, j’ai raté celui de Ramsès II.

tilt! 29/08/2014 11:48

Quellle aubaine! c'est la première fois que j'ai l'occasion de souhaiter un joyeux 5000ème anniversaire.
J'en suis très émue.