« Adèle, ta maman t’appelle ! » 

Publié le par Yves-André Samère

Le film de Kechiche La vie d’Adèle est sorti hier, et, de tous les côtés, on nous serine qu’il faut mettre fin aux polémiques et que ce réalisateur, « un génie », a fait « un chef-d’œuvre ». Citons « Le Canard enchaîné », sous la plume de David Fontaine, qui écrit que c’est « un long métrage minutieux, qui prend le temps d’approfondir les scènes ». Pour ce qui est de prendre son temps, cette remarque m’a beaucoup fait rire, puisque, quatre jours avant, j’avais écrit ailleurs un petit article qui faisait le point sur la tendance de cet homme à faire des films de plus en plus longs. Courage, il reste encore des records à battre : Le guépard (187 minutes), Lawrence d’Arabie (216 minutes), Les dix commandements (222 minutes), Autant en emporte le vent (238 minutes), La commune (345 minutes), Français si vous saviez (416 minutes) et Shoah (566 minutes, oui, neuf heures et vingt-six minutes).

On nous rappelle aussi que Kechiche est un admirateur de Marivaux, et France Inter a noté l’autre jour qu’il avait ordonné, à l’une de ses actrices, « Lèche ta morve », jeu de scène que cet amateur de Marivaux n’a jamais pensé à utiliser dans une quelconque de ses trente-six pièces. Incitatif, convenez. Pour la merde, ce sera sans doute dans le prochain chef-d’œuvre du génie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :