Allemagne : 1 - France : 0

Publié le par Yves-André Samère

Non, je ne vais pas parler de football, dont je me fiche comme de mon premier téléchargement illégal, mais de politique.

Je reviendrai sans doute sur cette illusion que font semblant de cultiver nos gouvernants : que la mythique croissance va résorber le chômage chez nous. Voyez-les se réjouir quand elle atteint 0,3 % par an ! Bientôt, ils feront tirer des feux d’artifice quand elle sera à 0,001 %. En attendant que ces clowns aient récupéré un atome de bon sens, comparons un peu l’Allemagne et la France (c’est cruel), en n’oubliant pas que, dix ans auparavant, la première allait très mal du point de vue économique :

- nous nous encombrons de 36 552 communes, souvent minuscules et qui ne peuvent vivre sans leurs voisines ; l’Allemagne n’en a que 12 000 ;

- nous avons 90 fonctionnaires pour 10 000 habitants ; l’Allemagne se débrouille très bien avec 50 ;

- notre code du travail compte... plus de 3200 pages (imaginez le casse-tête pour les chefs d’entreprise) ; en Allemagne, les règlements fédéraux tiennent sur... SIX LIGNES ! Je dis bien lignes, ce n’est pas une faute de frappe. Pour le reste, tout se passe par accords entre les entreprises et les syndicats, ce qui est le bon sens même (comment concevoir UNE loi unique réglant le sort de TOUS les cas qui se poseront ?).

- notre taux de chômage est de 10,20 % ; en Allemagne, seulement 5,50 %, l’alinéa précédent expliquant pourquoi.

Alors, bien sûr, les socialistes « rappellent » sans arrêt, en guise d’excuse, que nous avons une Sécurité sociale et qu’elle est obligatoire pour tous, tandis que l’Allemagne n’a que des assurances privées et un régime de retrait par capitalisation, ce qui doit être abominable ; et que nous avons un salaire minumum, alors que l’Allemagne ne l’aura qu’en 2015 ou 2017, au choix des entreprises... et après négociation avec les syndicats, une fois encore.

(NB : revenons un peu sur le nombre des communes. Cette multiplication des petits pouvoirs locaux a surtout multiplé le nombre des petits notables locaux, avec la corruption qui va avec. Vous croyez que nous aurions des clones de Balkany un peu partout – allez voir à Marseille ! – si le pouvoir était centralisé et vérifiait tout ce qui risque de déraper ? À Taiwan, ils ont des chambres de contrôle, les yuans, qui vérifient absolument tout. Chez nous, le Pouvoir s’assoit sur le rapport annuel de la Cour des Comptes, ne change rien et ne réprime pas les abus)

Oui, je sais, en France, la contrepartie, c’est que tout se termine par des chansons. Surtout des berceuses, apparemment.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Normal. On a vu naguère un TGV Bordeaux-Paris s’arrêter à Libourne pour permettre à Gilbert Mitterrand d’y monter. Sans ça, il aurait dû aller à Bordeaux pour prendre son train.
Répondre
D
Anecdote d'un village de 6500 habitants : file d'attente devant la boulangerie. Le maire passe devant tout le monde pour être servi.
Démonstration simple de ce que peut donner le petit pouvoir d'un maire minuscule. Car personne n'a protesté.
Répondre