Analyses (?) graphiques

Publié le par Yves-André Samère

Jamais je ne cesserai de m’étonner de cette contradiction constatée dans les journaux économico-financiers. D’une part, ils conseillent souvent (et sagement) aux éventuels investisseurs de ne pas se laisser abuser par le piège du passé : en d’autres termes, ce n’est pas parce que la situation boursière est actuellement favorable – ou défavorable –, que vous devez croire que cela va continuer. En effet, aucun des cracks boursiers n’a été prévu par quelque analyste que ce soit, et, chaque fois, la totalité du monde financier se laisse surprendre et mord la poussière. Vous trouverez ICI une liste de ceux qui ont marqué l’Histoire, avec une petite explication pour chacun, et c’est très instructif. En somme, le bon sens nous le dit, après la pluie, le beau temps ; et vice-versa.

Mais, d’autre part, beaucoup de ces journaux publient des analyses graphiques plaidant exactement le contraire ! Si vous ignorez ce que sont les analyses graphiques, vous en trouverez un exemple sur CETTE PAGE, une partie de celles parues en page 12 de l’hebdomadaire « Le Revenu » (doublé d’un mensuel, qui n’en publie pas) du 4 décembre 2014. Sous la photo (que j’ai découpée en plusieurs parties car elle était trop large) figurait une explication des termes employés dans cet exercice : tendance, support, résistance, RSI et moyennes mobiles. Cela semble très savant, et... c’est parfaitement idiot, car cela présume que tout mouvement en cours va se poursuivre, et donc l’on fonde sur cette croyance les conseils figurant en regard, et que vous pourrez admirer.

Si bien que, y compris à la Bourse, Madame Irma a encore de beaux jours devant elle.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :