Année zéro ?

Publié le par Yves-André Samère

Je n’ai pas regardé l’émission de France 3 L’ombre d’un doute, hier soir, malgré son titre hitchcockien. Pourtant, mon magazine de télé aurait pu m’y inciter, puisque cela parlait des inepties répandues à propos de la naissance de Jésus, et que, semble-t-il, on y avait l’audace de préciser que le fils de Marie (et d’on ne sait qui) était né probablement en 7 avant lui-même – ce qui est toujours rigolo. Cela fait des années que j’écris ce genre de choses, et j’ai rappelé ce 30 novembre que le pape himself penchait plutôt pour l’année -4, ce qui ne change pas grand-chose au détail essentiel : le jour de la naissance de Jésus a été décidé au pif, et sans le moindre souci de la vérité historique (pseudo-historique, à mon avis, puisque rien ne prouve que ce personnage a existé). Reste au pape à laisser aussi tomber le 25 décembre, qui ne tient pas davantage debout. Chiche qu’il le fait ! Je propose le 1er avril...

Donc, je n’ai pas regardé l’émission, d’abord parce qu’elle ne m’aurait rien appris. Ensuite, parce que le résumé de l’émission disait exactement ceci : « Tout semble indiquer qu’il n’est pas né le 25 décembre de l’an 0, mais plutôt en l’an -7 ». Je regrette, mais lorsqu’on corrige une erreur, mieux vaut ne pas en rajouter une autre, qui est pire ! Car il n’y a jamais eu d’année 0, où que ce soit, à quelque époque que ce soit.

Mais, comme l’explication de ce point d’histoire et d’arithmétique est un peu longue et peut-être ardue, je vais faire ce que je ne fais jamais : je remets ma démonstration à une autre notule, pour ne pas alourdir ce préambule, et donc éviter de vous perdre en route.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Cette histoire de 25 décembre ne tient pas debout, pas plus que le 1er novembre, et d'autres fêtes religieuses catholiques. Ce n'est jamais que la récupération de fêtes païennes qui scandalisaient
les prêtres.
La seule qui ait résisté, c'est celle qui, maintenant, est la fête de la musique, initiée par notre cher Jack Lang.
Répondre