Arte change de président

Publié le par Yves-André Samère

Arte, qui siège à Strasbourg, existe depuis vingt ans. Et depuis vingt ans, elle avait le même président, Jérôme Clément – un type pas vraiment sarkozyste, et qui a récemment lancé un missile en direction de not’ bon maître, en évoquant « les remontées xénophobes et les attaques contre les étrangers dont on se demande à qui elles servent ». Que diable voulait-il dire par là ?

Arte n’a rien à faire de Sarkozy, elle lui échappe totalement. Elle repose en effet sur un traité franco-allemand, signé le 2 octobre 1990, et qui prévoit notamment qu’elle est financée en parties égales par les deux États. Vouloir y toucher équivaudrait à nous fâcher avec l’Allemagne ! Actuellement, elle coûte à chacun des deux pays 242 millions d’euros, et ne réunit que 1,3 % de l’audience en France – encore moins en Allemagne, alors que France 4, chez nous, ne coûte que 30 millions, par exemple. Or ses programmes sont meilleurs, si l’on veut bien oublier qu’elle est à peu près incapable de diffuser convenablement le cinéma : on y passe surtout des films doublés, et la gestion des sous-titres pour les quelques films en version originale n’a jamais été résolue.

Jérôme Clément, lui, va partir : au 1er janvier prochain, il sera remplacé par Véronique Cayla, qui n’a jamais dirigé aucune chaîne de télé, et qui est actuellement la patronne du Centre National du Cinéma, un organisme qui brille par son inefficacité et n’a jamais été capable de faire respecter ses propres règlements. Par exemple, celui qui fait obligation aux salles de cinéma d’afficher dans les halls le titre du court-métrage de première partie. Je dis bien « afficher le titre », pas projeter le court-métrage ! En effet, là, il n’y a AUCUNE obligation. Donc, s’ils suivaient ce règlement ubuesque, les patrons de salles afficheraient le titre d’un film qui resterait dans sa boîte ou ne serait même pas réceptionné par les projectionnistes. Vous avez vu beaucoup de courts-métrages, dans les salles de cinéma en France ? On les projette dans les festivals ou on les passe dans de rares émissions de télévision, par exemple sur Arte ! Je sais de quoi je parle, pour avoir écrit naguère au CNC. On m’a répondu que le CNC n’avait aucun moyen financier pour envoyer des inspecteurs dans les salles...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

diakoof 10/11/2010 21:23


Au temps pour moi. Je bois trop de café peut être.


Bonne continuation.


Yves-André Samère 10/11/2010 08:41


Où je voulais en venir ? Très simple ! Au fait qu’on va remplacer Jérôme Clément, homme compétent, par une personne qui n’y connaît rien, et qui, jusqu’ici, a été à la tête d’un organisme
dont je conteste l’activité.


diakoof 10/11/2010 00:36


Je lis souvent ce blog car je trouve les propos réfléchi et cohérent mais là je ne sais pas où vous voulez en venir. J'aime beaucoup Arte. Peut être que ça m'empêche de saisir...