Assez d’embrassades !

Publié le par Yves-André Samère

Une seule chose m’a mis de mauvaise humeur, pendant cette (longue) étape du Tour de France. Et pour qu’UNE SEULE chose m’énerve, il faut vraiment des circonstances exceptionnelles. Bien sûr, ça ne retient l’attention de personne, attendu que chacun est habitué à être le spectateur de cette incongruité : dès qu'un coureur a gagné quelque chose, on le fait grimper sur un podium et on lui fourre une fille dans les bras pour qu’il l’embrasse !

Vous trouvez ça normal ? Moi pas.

D’abord, du point de vue de la fille, c’est de très mauvais goût. On sous-entend clairement qu’elle se trouve là pour le repos du guerrier. Vous me direz que si elle est assez cruche pour accepter ce rôle, tant pis pour elle, mais ce type d’exhibition s’est généralisé, puisqu’il se renouvelle absolument partout. Que fait donc Isabelle Alonzo ?

Ensuite, et c’est peut-être plus délicat pour deux ou trois de mes lecteurs, mais ne vous est-il jamais venu à l’idée que ces léchages de poire pouvaient également être désagréables aux prétendus bénéficiaires ? Pour deux raisons, donc chaque est suffisante seule, aurait dit Cyrano : 1. il est peut-être déjà marié ou fiancé, et sa légitime est sans doute dans les parages (c’était en effet le cas de Christopher Froome hier soir, déjà pourvu d’une compagne bel et bien présente sur les lieux du crime, or on a poussé vers lui, sur le podium, non pas une, mais DEUX filles !) ; et 2. n’est-il pas complètement exclu, si l’on en croit la statistique, que quelques coureurs n’aient pas plus que ça de goût pour les filles ? Dans cette équipe au complet – je ne sais plus de quelle nationalité, mais ils étaient huit –, à laquelle on a délégué une seule fille, du reste mal fringuée (robe violette avec jupe bouffante, hideuse) et chargée de les embrasser tous – donc elle a bâclé –, on ne peut vraiment imaginer qu’un, voire deux de ces champions auraient préféré, euh... autre chose ?

Aujourd’hui, chez nous, un homme a le droit de se marier avec un autre, et c’est à la fois heureux, et la seule innovation qu’on retiendra de l’unique mandat de François Hollande (vous ne croyez tout de même pas qu’il sera réélu en 2017 !). Pourquoi n’aurait-il pas le droit de CHOISIR qui il a envie d’embrasser en public ? Par exemple Bertrand Delanoë, qui justement était présent hier soir ? Est-il inscrit dans les règlements sportifs que tout gagnant doit être hétérosexuel ?

(Oh pardon ! On me souffle dans mon oreillette que Greg Louganis, quadruple champion olympique de natation à Séoul, en 1988, deux fois médaille d’or, et plus grand plongeur de tous les temps, a officialisé, le 18 juin, ses fiançailles avec son compagnon Johnny Chaillot. Il avait aussi annoncé, après son exploit, qu’il était séropositif. Je ne sais pas si, pour lui passer ses médailles, on lui avait également collé une fille dans les bras. J’espère que non)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Potiches, exactement. On l’impression d’être à la télé, devant une émission de télé-achat.
Répondre
D
Hétéro ou homo, ces embrassades sont ridicules. Que le maire de la ville, un enfant, n'importe qui, remettent le trophée d'étape, pourquoi pas. Mais ces potiches...
Répondre