Ayrault prononcé comme « pénis » ?

Publié le par Yves-André Samère

Complètement absurde, cette histoire du nom du Premier ministre qui « choquerait les Arabes », parce que, phonétiquement, il se rapprocherait de la traduction (familière) du mot pénis. D’abord, parce qu’il faut mal connaître l’esprit arabe pour s’imaginer qu’une idiotie pareille choquerait qui que ce soit en pays arabe. Au mieux, elle ferait rigoler.

Et puis, il faut aussi ne rien connaître à la langue arabe ! Examinons cette grave question.

Ayrault, phonétiquement, est l’équivalent de éro. En arabe, le son é n’existe pas, on le remplace par le son i, qui a deux transcriptions : soit le i long, qui s’écrit dans tous les cas, soit le i court, qui ne s’écrit qu’en arabe classique mais qui peut être omis en arabe dialectal et n’apparaît alors (facultativement, donc) que comme un simple accent placé sur la consonne qui le précède dans la syllabe. Quant au son o, qui n’existe pas non plus dans l’absolu, c’est moins strict, on le remplace par le son ou, qui, tout comme le i, a deux transcriptions.

Par conséquent, en arabe, Ayrault devient irou, qui peut s’écrire de plusieurs façons, la plus facile à transcrire avec les caractères sur ordinateur étant ﭕﺮﻮ. Mais, surtout, en aucun cas on n’entendra « aïro », car il n’y a aucun a là-dedans ! Donc la blague fait un flop. Mais tous les journalistes ont marché. En outre, ce mot se dit en arabe qadîb ! Nous voilà loin de aïro...

Pas de quoi s’étonner, en dehors de deux ou trois mots d’anglais, les journalistes français se distinguent par leur remarquable ignorance des langues étrangères. Même la langue la plus facile du monde à prononcer, le japonais (j’y reviendrai peut-être), ils n’y parviennent pas.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Remarque exacte pour la grammaire japonaise. Mais je ne pouvais pas tout dire dans un article aussi court. J’y reviendrai... Le finnois que parlent les Finlandais est un peu ainsi, également.
Répondre
Y
Pour les curieux, l’article auquel fait allusion mon commentateur japonais est ici :<br /> <br /> http://fajb.blogspot.jp/2012/05/presse-japonaise-qui-lappelle-le.html<br /> <br /> En somme, avec « ero » qui devient « êro », vivent les lettres accentuées dont la durée est double !<br /> <br /> Cela dit, je ne vois aucun problème à utiliser un mot qui évoque l’érotisme. Les fameuses estampes japonaises ne font pas dans la dentelle !
Répondre
C
Je suis Japonais, et j'avoue que le japonais pose un problème pour prononcer "Ayrault". Ce n'est pas fort comme en Arabe, mais c'est quand même pas facile à le dire à la Télé sans modification de<br /> orthographe. Je vous invite à lire mon article sur Ayrault en japonais.<br /> <br /> C'est vrai que la phonétique du japonais est assez simple. Et la grammaire aussi. Les verbes en français sont trop compliqués...
Répondre
A
Pas non plus de singulier ni pluriel, ni de féminin-masculin.<br /> Et le mieux : uniquement trois temps de conjugaison = passé; présent; futur. C'est tout !
Répondre
Y
J’ai bien parlé de langue facile à PRONONCER. Pas facile à LIRE ou à COMPRENDRE.<br /> <br /> Avant-goût : pas d’articles, guère de formes conjuguées. Pour la prononciation, pas de diphtongues, pas d’accent tonique baladeur comme en anglais, pas de lettres muettes sauf parfois le « u » en<br /> fin de mot, moins de consonnes (R = L). La plupart des mots sont composés de syllabes de deux lettres.<br /> <br /> La prononciation du japonais ne pose aucun problème particulier. Comparé à l’arabe...
Répondre
A
J'ai hâte de savoir pourquoi le japonais serait la langue la plus facile...patientons donc
Répondre