Bernadette Lafont

Publié le par Yves-André Samère

Appris ce soir, en écoutant France Inter, que Bernadette Lafont est morte aujourd’hui. La fille qui passe les plats au micro affirme que l’actrice était reconnaissable à sa voix, et je confirme : je ne l’ai croisée qu’une seule fois, au premier étage du BHV, mais je l’avais reconnue avant de la voir, à sa voix qui n’avait rien à envier, sur le plan du volume, à celles de Céline Dion ou de Lara Fabian – quoique en plus mâle. Elle était accompagnée d’un petit garçon qui devait être son petit-fils, et elle ameutait toutes les vendeuses de l’étage, à la grande joie des clients.

Au fait, la pseudo-journaliste chargée en ce moment du journal de 19 heures a cru bon, pour annoncer l’interview de Costa-Gavras que la rédaction avait prévue, de dire que Bernadette avait joué dans son film « Compartiment bleu ». Bien entendu, j’ai fait un bond de trois mètres sur ma chaise, sachant très bien que ce film n’existe pas ! Mais, dans la cabine technique, pendant qu’on passait l’enregistrement, quelqu’un a dû lui souffler dans son oreillette le petit conseil de relire son papier et d’essuyer les verres de ses lunettes. Ce qu’elle a fait, rectifiant ensuite qu’il s’agissait de Compartiment tueurs, un film archi-connu.

Mais tout le monde ne peut pas savoir lire ou avoir le moindre soupçon de culture. Sinon, ce n’est pas à France Inter qu’on se fait embaucher. Il se confirme que, là comme ailleurs, les gens chargés de nous instruire ne lisent jamais le texte qu’on les charge de lire, avant de venir charmer nos oreilles.

Ah oui, la fille s’appelle Edwige Coupez (-lui-la-parole ?). Elle mérite bien son quart d’heure de notoriété.

(Admirez : cette gourde est professeur de journalisme à Sciences-Po ! Pourquoi ne pas y nommer Steevy Boulay ? Il serait aussi fortiche)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Yves-André Samère 27/07/2013 09:54

On a échappé au « brave soldat Chvéïk ».

Danièle 26/07/2013 21:30

Allez c'est contagieux: Stefan Zweig bien sûr.

Yves-André Samère 26/07/2013 08:51

C’est probablement elle. Il n’y a pas beaucoup de femmes prénommées Edwige, de nos jours.

Danièle 25/07/2013 21:48

Ah mais je ne sais pas si c'est la même Edwige qui nous a parlé il y a deux ou trois jours de Stéphan (comme éléphant) Soueill...pour Stefan Sweig...
ou alors, à FI il y a eu embauche massive de gros talents.