Bernard-Henri Lévy, martyr

Publié le par Yves-André Samère

Ce matin, BHL vient sur France Inter se faire un peu étriller par Nicolas Demorand, aussi peu incisif que d’habitude (bien qu’il croie le contraire), et par des auditeurs qui le tiennent visiblement pour ce qu’il est : un zozo narcissique et prétentieux.

Si je dis que Demorand est peu incisif, c’est parce que, décidé à en découdre avec le philosophe du boulevard Saint-Germain (rien de péjoratif là-dedans, c’est là qu’il habite, quand il n’est pas dans un palace ou dans son palais de Marrakech), il oublie néanmoins de poser à BHL la seule question qui vaille. Expliquons.

BHL a écrit un livre dans lequel il fait référence à un philosophe... qui n’a jamais existé, un certain Botul, lequel serait l’auteur d’un livre sur la vie sexuelle de Kant. Or ce livre est en réalité une invention, unr pure farce, l’œuvre d’un journaliste du « Canard enchaîné » féru de philosophie, Frédéric Pagès – celui-là même qui rédige le « Journal de Carla B. » dans l’hebdomadaire satirique. Ainsi, BHL est tombé dans le panneau d’un canular qui ne lui était d’ailleurs pas destiné, et depuis, le monde entier se paie sa fiole. Bien fait. Il est donc furax et vient le dire au micro. Or Demorand oublie le seul reproche qu’on peut faire à Bernard-Henri Lévy, et qui est tellement évident qu’un aveugle le verrait : BHL, qui écrit dans les journaux, n’a pas fait ce que doit faire tout journaliste, vérifier ses sources ! Par conséquent, la volée de bois vert qu’il reçoit en ce moment est la juste sanction infligée à un type qui n’a pas fait son boulot.

Pour tenter de se justifier, BHL argüe que sa référence à Botul n’occupe que quelques lignes dans un livre de plus de mille pages. Argument qui tient du sophisme ! Imaginez que je publie un bouquin de plus de mille pages dans lequel je dirais que l’abbé Pierre, parce qu’il était un peu antijuif (il l’a reconnu et s’en est excusé), avait certainement dénoncé des Juifs à la Gestapo en 1942, d’ailleurs, je l’ai entendu dire au café du coin. On me tomberait dessus, et ce ne serait pas volé. Le nombre de lignes que j’aurais consacrées à cette fausse nouvelle n’aurait aucune importance, ce qui compterait dans ce cas, c’est que j’aurais publié une monstrueuse ânerie sans pouvoir en donner la preuve. Et c’est ce qu’a fait BHL.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D

Je pense qu'il est en train de tresser la corde pour pendre son ou sa documentaliste. Ce garçon est trop occupé pour se transformer en rat de bibliothèque, voyons.
D'autre part, il ne doit pas être mécontent que l'on parle de son livre, même en mal ! Du moment que les médias s'occupent de lui...


Répondre
Y

Il avait l'air enragé, quand Demorand l’a interrogé. Mais ça ne veut rien dire...