Bible pasteurisée

Publié le par Yves-André Samère

Le livre L’Ancien Testament pour les nuls, aux éditions First, a été rédigé par un certain Éric Denimal, qui se présente comme un théologien (c’est un pasteur protestant de la Drôme). Il faut donc l’excuser de croire aux élucubrations du livre prétendu sacré, et d’écrire dans son chapitre d’introduction que la Bible « enseigne déjà l’amour du prochain et le respect de la nature » : j’ai déjà donné deux ou trois exemples de l’amour divin, et de sa connaissance que « Dieu » a de sa propre création (le lièvre qui est un ruminant, la chauve-souris qui est un oiseau, etc.).

Mais enfin, même un pasteur pourrait avoir un brin de culture générale, et s’abstenir d’écrire, dans la même page, qu’« aucun livre ne connaît une diffusion constante d’une telle ampleur depuis l’invention de l’imprimerie par Gutenberg » ! Il faut avoir l’amour du cliché chevillé au corps pour gober encore que Gutenberg (qui ne s’appelait d’ailleurs pas Gutenberg, mais Johannes Gensfleisch) a inventé l’imprimerie. Gutenberg n’a rien inventé du tout, et l’imprimerie ne l’avait pas attendu pour naître en Chine au XIe siècle. Il n’a même pas inventé, comme on le croit souvent, les caractères typographiques mobiles, puisque ceux-ci existaient déjà en Corée au début du XIIIe siècle.

Gutenberg a tout au plus perfectionné ce qui existait avant lui, et a d’ailleurs été aidé par Johannes Futs et Pierre Schoeffer. Leur apport se limite à l’utilisation, pour la fabrication des caractères mobiles, d’un alliage d’étain, de bismuth et d’antimoine ; à l’amélioration des presses (qui existaient elles aussi) ; et à l’utilisation d’une encre plus résistante.

Comme quoi, écrire un livre pour instruire ses contemporains n’est pas la garantie qu’on en sait plus que ses lecteurs !

(S’il vous plaît, ne retournez pas cette dernière phrase contre moi, ce serait lâche et facile)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

A
Bien pré-cadré !
Répondre