Bloguer et débloguer

Publié le par Yves-André Samère

Ce qui est émoustillant, quand on tient à peu près quotidiennement un bloc-notes comme celui-ci, c’est ce qu’il révèle sur le mental de nos contemporains, via leurs éventuels commentaires. Je ne les valide pas tous, envoyant en priorité au panier ceux qui enfoncent des portes ouvertes. Ceux-là mis à part, il y a deux catégories de commentaires riches d’enseignement.

D’abord, ceux émanant de lecteurs furieux, qui vous cloueraient volontiers sur une porte de grange. Il y a environ un an, parce que j’avais émis des réserves sur les sottises qu’on lisait ou entendait un peu partout à propos de la défunte chanteuse Yma Sumac et de l’étendue de sa voix, quelques excités m’étaient tombés sur le paletot, et me certifiaient que la diva possédait une tessiture couvrant cinq octaves, et plus si affinités. Pas de veine, j’avais pris la précaution (élémentaire et préalable) d’écouter ses enregistrements, et vérifié devant mon piano qu’en fait, il fallait ramener cette étendue record à trois octaves et deux tons – très précisément, du ré 2 au fa dièse 5. C’était déjà bien, et les mots d’oiseaux dont on me gratifiait sont allés à la corbeille.

Et puis, il y a les lecteurs qui, dénués de tout sens de l’humour, n’ont pas compris quand je plaisantais. Ainsi, ce lecteur qui a pris au sérieux ma proposition d’envoyer Henri Proglio en Haïti – dans mon esprit, pour nous en débarrasser. Ce lecteur sérieux comme un pape m’a donc infligé un long pensum duquel il ressortait que j’étais « vraiment dépassé », et que Veolia était « déjà à Haïti » et participait « régulièrement aux opérations des ONG lors des grandes catastrophes pour apporter de l’eau potable », ce dont personne n’a jamais douté, puisque c’est sa raison d’être. Il en a conclu que « cela ne cadre pas avec ton tableau de la méchante entreprise ». Oh ! l’horrible et dépassé Y-A-S, qui complote contre les gentilles entreprises !

Par chance, tout le monde n’est pas aussi borné. On va donc continuer, comme les personnages de Huis-clos.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :