C’est la fin du monde !

Publié le par Yves-André Samère

Je reprends pour mon titre cette réplique entendue dans Les oiseaux, le chef d’œuvre d’Alfred Hitchcock...

Parfaitement niais, le fait d’avoir mis à l’ordre du jour, dans le journal de ce matin sur France Inter, cette perspective complètement farfelue de la fin du monde prétendument annoncée « par le calendrier maya » (sic) pour décembre. C’est ça, l’information sérieuse sur la radio nationale ? Prétexte, une émission de télé.

On sait que cette ineptie vient tout simplement d’une erreur d’interprétation, car les calendriers mayas dont on dispose, personne n’en a la clé ! Il serait bon de se souvenir que toutes les prédictions de ce genre ont sombré dans le ridicule, à commencer par la « fin du monde » de l’an 1000 – ce qui devrait inciter les gens à réfléchir sur l’impossibilité de prédire quoi que ce soit.

Cette sottise, la fin du monde pour 2012, n’a eu qu’un avantage : elle a suscité un film hollywoodien de Roland Emmerich, 2012, extrêmement divertissant, dans lequel ce réalisateur allemand s’amuse à tout détruire sur le territoire des États-Unis, à commencer par la Maison-Blanche et son président (noir !). Seule la fin moralisante et inexplicablement optimiste apporte la fausse note obligatoire dans le cinéma-catastrophe : tous les survivants se réfugient... en Afrique, très moralement épargnée. C’est l’immigration à l’envers. Les Africains ont dû être flattés.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

Y
Lu l’article. Sur l’Apocalypse et la comète de Haley, je savais déjà. Pour la comète de Shoemaker 3, je reste un peu sceptique sur les éventualités d’une collision avec celle de Haley :
ces rencontres sont hautement improbables, vu la taille des objets en question. Et même si cela se produisait, connaissant la composition du noyau, fait de poussières et de glace, les dégâts ne
seraient pas nature à causer la fin de quelque monde que ce soit. À peine un éternuement. Comme disait le capitaine Haddock, « Autant jouer du cornet à piston devant la Tour Eiffel en
s’imaginant qu’elle va danser la samba ».
Répondre
A
Bon, stop, on arrête !
La fin du monde en 2012, c'est des conneries. Des menteries de charlatans trop pressés.
La fin du monde, la vraie, c'est en 2290, ce qui nous laisse encore un peu de temps...
Pourquoi 2290 ? Parce que c'est une vérité scientifique irréfutable. Tout est expliqué ici dans un article publié en Février 2015 :
http://www.ruptures-conventionnelles.com/article-la-fin-du-monde-83238210.html
Vous pouvez dormir tranquille encore quelques années, braves gens.
Bisous aztèques.
Répondre
Y
Moi, j’avais appelé France Inter pour leur émission « Le téléphone sonne », et avais dit pourquoi je pensais que le fameux bug n’aurait jamais lieu. Un expert invité avait ricané, argüant
qu’il « fallait être sérieux ».

Total : qui a eu raison et s’est bien marré en janvier 2000, en constatant, comme tout le monde, qu’il ne s’était rien passé ?
Répondre
D
On se souvient de l'histoire du "bug de l'an 2000" qui a été une énorme sottise. A cette époque je travaillais dans un groupe racheté par des etatsuniens, et ils nous ont envoyé des listes longues
comme un jour sans pain pour tout vérifier. Même les fax.
Hélas, je suis sûre que des gens vont se suicider en décembre à cause de ces stupidités.
Répondre